Category Archives: Strengthening Families

2010: Catholics and Latter-day Saints: Partners in the Defense of Religious Freedom / BYU Speech, Cardinal Francis George, Archbishop of Chicago

See the original of this remarkable speech in PDF Format at this link.
Love and thanks,Steve St.Clair
==============
Cardinal Francis George, O.M.I. Archbishop of Chicago

President, U.S. Conference of Catholic Bishops
Catholics and Latter-day Saints: Partners in the Defense of Religious Freedom
Brigham Young University: February 23, 2010

I.
Thank you for your warm welcome and thank you, President Samuelson, for your very kind introduction. As you point out, I am the Catholic Archbishop of Chicago and also the President of the United States Conference of Catholic Bishops. This dual role allows me to bring greetings from both the Catholic community of Chicago and from the Catholic bishops of this country to all of you: students, faculty, staff and administration of this distinguished university, now marking its 135th year of service in higher education—and also to our guests from the surrounding community, many of whom I’m told are watching on satellite TV.

 

As a cardinal of the Holy Roman Church, I have a special bond with the Bishop of Rome, Pope Benedict XVI, whose specific service is one of preserving unity among Catholic believers everywhere, and also of fostering peace and respect for human life and dignity among all people of good will. As a cardinal priest, that is, as a member of the clergy of Rome itself, quite apart from my being Archbishop of Chicago, I have the privilege and obligation to vote in a papal election. The Cardinals assemble at the death of one Pope in order to elect his successor because they are the clergy of Rome; but the choice of the Bishop of Rome, the one who sits in the chair of St. Peter, is, for us Catholics, we pray and hope and believe, in the hands of God, our heavenly Father. Most important of all, I am a bishop of the Catholic Church, and therefore a pastor to the people that Christ Jesus has given me to love and to care for, first of all in two civil counties of Illinois, Cook and Lake counties, that count 2.3 million baptized Catholics in the Archdiocese of Chicago, but also with a shared concern for all the Churches. Catholic bishops collectively oversee the Catholic Church with and under the Successor of Saint Peter, the head of the Apostolic College, the Bishop of Rome.

 

So I come before you today as a religious leader who shares with you a love for our own country but also, like many, with a growing concern about its moral health as a good society. In recent years, Catholics and members of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints have stood more frequently side-by-side in the public square to defend human life and dignity. In addition to working together to alleviate poverty here and abroad, we have been together in combating the degradations associated with the pornography industry; in promoting respect for the right to life of those still waiting to be born in their mother’s womb; and in defending marriage as the union of one man and one woman for the sake of family against various efforts to redefine in civil law that foundational element of God’s natural plan for creation. I am personally grateful that, after 180 years of living mostly apart from one another, Catholics and Latter-day Saints have begun to see one another as trustworthy partners in the defense of shared moral principles and in the promotion of the common good of our beloved country.

 

Of course, partnerships in causes of great moral import build on friendships and gestures of respect for one another’s identity, and these too have multiplied in recent years. The late and universally esteemed LDS President, Gordon B. Hinckley, opened his door on many occasions to the past and present bishops of the Catholic Diocese of Salt Lake City, which encompasses all of Utah: Bishop George Niederauer, now Archbishop of San Francisco, and Bishop John C. Wester, who is with us today. Bishop Wester spearheads with great dedication the Catholic bishops’ national immigration reform efforts. One of the high points of the centennial celebrations of the Catholic Cathedral of the Madeleine in Salt Lake City was the presence of LDS President Thomas S. Monson at a multi-faith service honoring the cathedral’s civic engagements on August 10, 2009. At the service, President Monson spoke eloquently about the enduring friendships that Catholics and Latter-day Saints have forged by serving together the needs of the poor and the most troubled of society. Through such shared dedication, he noted, we will “eliminate the weakness of one standing alone and substitute, instead, the strength of many working together.” The service was marked by the presence of the Mormon Tabernacle Choir. I sometimes suspect, and maybe some of you do too, that Brigham Young and the first Catholic bishop of Salt Lake City, Lawrence Scanlan, would have been rather astonished at seeing the First Presidency of the LDS and the Mormon Tabernacle Choir helping local Catholics celebrate the anniversary of their cathedral. But, good for them and good for us! I thank God for the harmony that has grown between us, and for the possibilities of deepening our friendships through common witness and dialogue.

Let me mention one personal experience that stays with me, an experience with the Mormon Tabernacle Choir, which I first heard when I was thirteen years old. I visited Salt Lake City then with my mother, who was a good musician and who wanted to hear that great organ and the choir. The memory of that sound has stayed with me; it was overwhelming. I had the great opportunity, through the kindness of the choir itself, to lead it once, on June 27, 2007. They were at the Ravinia Music Center in Highland Park, outside of Chicago. A few days prior to the concert I received a call from the choir’s music director, Dr. Craig Jessop, who had asked whether I would consider assuming the conductor’s podium at the end of the performance and lead the choir in an encore number. Never had I been asked to do something like that! I seized the occasion and, after a brief lesson from Craig at the dress rehearsal, I got up, and faced the assembled choir with a tremendous feeling of awe and power and great satisfaction. There was silence as this marvelous choir was looking at and waiting for me. If that doesn’t give you something of an ego trip, I don’t know what would! I paused for a moment, and then I gave the downbeat, according to Craig’s instruction. All of a sudden, that vacuum of expectant silence was filled with this magnificent, overpowering sound, all in unison, all in harmony. I thought to myself, “I’m doing better with the Mormons than I am with the Catholics!” I have a lot harder time getting them to sing together! What the choir sang was:

 

This land is your land, this land is my land
From Wrigley’s diamond, to the great Sears Tower,
From the Hancock Building, to Lake Michigan’s waters,
This land was made for you and me.

 

 

II.
What I’d like to do now, in the short time available to us, is to make three points. First of all, to share with you the Catholic understanding of religious freedom, which I think we share together: religious freedom cannot be reduced to freedom of worship or even freedom of private conscience. Religious freedom means that religious groups as well as religious individuals have a right to exercise their influence in the public square, and that any attempt to reduce that fuller sense of religious freedom, which has been part of our history in this country for more than two centuries, to a private reality of worship and individual conscience as long as you don’t make anybody else unhappy, is not in our tradition. It was the tradition of the Soviet Union, where Lenin permitted freedom of worship (it was in the constitution of the Soviet Union) but not freedom of religion. Lenin was drawing on several historical antecedents, one of whom was Napoleon Bonaparte, who made civil peace after the terror of the French Revolution by limiting the Church to the sacristy but not permitting it to have a public role. This is not the American tradition, even though it is now argued by some Americans that it should be. The second point I want to examine is the mounting threats to religious freedom in America. Thirdly and lastly, I want to show why it is that Catholics and Mormons do stand together and shall continue to do so with other defenders of conscience and the public exercise of religion.

 

Continue reading

Leave a comment

Filed under LDS Conservative Christian Dialog, Strengthening Families

2009: The Case for Early Marriage / Mark Regnerus, Christianity Today

See the original of this article from the August 2009 issue of Christianity Today on their website at this link.

Thanks much,
Steve St.Clair

===================
The Case for Early Marriage
Amid our purity pledges and attempts to make chastity hip, we forgot to teach young Christians how to tie the knot
Mark Regnerus
Christianity Today, August 2009

posted 7/31/2009

Virginity pledges. Chastity balls. Courtship. Side hugs. Guarding your heart. Evangelical discourse on sex is more conservative than I’ve ever seen it. Parents and pastors and youth group leaders told us not to do it before we got married. Why? Because the Bible says so. Yet that simple message didn’t go very far in shaping our sexual decision-making.

So they kicked it up a notch and staked a battle over virginity, with pledges of abstinence and accountability structures to maintain the power of the imperative to not do what many of us felt like doing. Some of us failed, but we could become “born again virgins.” Virginity mattered. But sex can be had in other ways, and many of us got creative.

Then they told us that oral sex was still sex. It could spread disease, and it would make you feel bad. “Sex will be so much better if you wait until your wedding night,” they urged. If we could hold out, they said, it would be worth it. The sheer glory of consummation would knock our socks off.

Such is the prevailing discourse of abstinence culture in contemporary American evangelicalism. It might sound like I devalue abstinence. I don’t. The problem is that not all abstainers end up happy or go on to the great sex lives they were promised. Nor do all indulgers become miserable or marital train wrecks. More simply, however, I have found that few evangelicals accomplish what their pastors and parents wanted them to.

Indeed, over 90 percent of American adults experience sexual intercourse before marrying. The percentage of evangelicals who do so is not much lower. In a nationally representative study of young adults, just under 80 percent of unmarried, church- going, conservative Protestants who are currently dating someone are having sex of some sort. I’m certainly not suggesting that they cannot abstain. I’m suggesting that in the domain of sex, most of them don’t and won’t.

What to do? Intensify the abstinence message even more? No. It won’t work. The message must change, because our preoccupation with sex has unwittingly turned our attention away from the damage that Americans—including evangelicals—are doing to the institution of marriage by discouraging it and delaying it.

Late Have I Loved You
If you think it’s difficult to be pro-life in a pro-choice world, or to be a disciple of Jesus in a sea of skeptics, try advocating for young marriage. Almost no one empathizes, even among the faithful.

The nearly universal hostile reaction to my April 23, 2009, op-ed on early marriage in The Washington Post suggests that to esteem marriage in the public sphere today is to speak a foreign language: you invoke annoyance, confusion, or both.

But after years of studying the sexual behavior and family decision-making of young Americans, I’ve come to the conclusion that Christians have made much ado about sex but are becoming slow and lax about marriage—that more significant, enduring witness to Christ’s sacrificial love for his bride. Americans are taking flight from marriage. We are marrying later, if at all, and having fewer children.

Demographers call it the second demographic transition. In societies like ours that exhibit lengthy economic prosperity, men and women alike begin to lose motivation to marry and have children, and thus avoid one or both. Pragmatically, however, the institution of marriage remains a foundational good for individuals and communities. It is by far the optimal context for child-rearing. Married people accumulate more wealth than people who are single or cohabiting. Marriage consolidates expenses—like food, child care, electricity, and gas—and over the life course drastically reduces the odds of becoming indigent or dependent on the state.

It is, however, an institution under extreme duress in America. In the past 35 years, the number of independent female households in the U.S. has grown by 65 percent, while the share of independent male households has skyrocketed, leaping 120 percent. As a result, fewer than half of all American households today are made up of married couples.

Another indicator of our shifting sentiment about the institution is the median age at first marriage, which has risen from 21 for women and 23 for men in 1970 to where it stands today: 26 for women and 28 for men, the highest figures since the Census Bureau started collecting data about it. That’s five additional, long years of peak sexual interest and fertility. (And remember, those numbers are medians: for every man marrying at 22, there’s one marrying for the first time at 34.)

Evangelicals tend to marry slightly earlier than other Americans, but not by much. Many of them plan to marry in their mid-20s.Yet waiting for sex until then feels far too long to most of them. And I am suggesting that when people wait until their mid-to-late 20s to marry, it is unreasonable to expect them to refrain from sex. It’s battling our Creator’s reproductive designs. The data don’t lie. Our sexual behavior patterns—the kind I documented in 2007 in Forbidden Fruit—give us away. Very few wait long for sex. Meanwhile, women’s fertility is more or less fixed, yet Americans are increasingly ignoring it during their 20s, only to beg and pray to reclaim it in their 30s and 40s.

Where Are All the Christian Men?
Unfortunately, American evangelicals have another demographic concern: The ratio of devoutly Christian young women to men is far from even. Among evangelical churchgoers, there are about three single women for every two single men. This is the elephant in the corner of almost every congregation—a shortage of young Christian men.

Try counting singles in your congregation next Sunday. Evangelicals make much of avoiding being unequally yoked, but the fact that there are far more spiritually mature young women out there than men makes this bit of advice difficult to follow. No congregational program or men’s retreat in the Rocky Mountains will solve this. If she decides to marry, one in three women has no choice but to marry down in terms of Christian maturity. Many of the hopeful ones wait, watching their late 20s and early 30s arrive with no husband. When the persistent longing turns to deep disappointment, some decide that they didn’t really want to marry after all.

Given this unfavorable ratio, and the plain fact that men are, on average, ready for sex earlier in relationships than women are, many young Christian women are being left with a dilemma: either commence a sexual relationship with a decent, marriage-minded man before she would prefer to—almost certainly before marriage—or risk the real possibility that, in holding out for a godly, chaste, uncommon man, she will wait a lot longer than she would like. Plenty will wait so long as to put their fertility in jeopardy. By that time, the pool of available men is hardly the cream of the crop—and rarely chaste. I know, I know: God has someone in mind for them, and it’s just a matter of time before they meet. God does work miracles. But the fact remains that there just aren’t as many serious Christian young men as there are women, and the men know it.

Men get the idea that they can indeed find the ideal woman if they are patient enough. Life expectancies nearing 80 years prompt many to dabble with relationships in their 20s rather than commit to a life of “the same thing” for such a long time. Men have few compelling reasons to mature quickly. Marriage seems an unnecessary risk to many of them, even Christians. Sex seldom requires such a steep commitment.

As a result, many men postpone growing up. Even their workplace performance is suffering: earnings for 25- to 34-year-old men have fallen by 20 percent since 1971, even after accounting for inflation. No wonder young women marry men who are on average at least two years older than they. Unfortunately, a key developmental institution for men—marriage—is the very thing being postponed, thus perpetuating their adolescence.

Changing Ideals
Still, the data from nearly every survey suggest that young Americans want to get married. Eventually. That makes sense. Our Creator clearly intended for male and female to be knit together in covenantal relationship. An increasing number of men and women, however, aren’t marrying. They want to. But it’s not happening. And yet in surveying this scene, many Christians continue to perceive a sexual crisis, not a marital one. We buy, read, and pass along books about battling our sexual urges, when in fact we are battling them far longer than we were meant to. How did we misdiagnose this?

The answer is pretty straightforward: While our sexual ideals have remained biblical and thus rooted in marriage, our ideas about marriage have changed significantly. For all the heated talk and contested referendums about defending marriage against attempts to legally redefine it, the church has already ceded plenty of intellectual ground in its marriage-mindedness. Christian practical ethics about marriage—not the ones expounded on in books, but the ones we actually exhibit—have become a nebulous hodgepodge of pragmatic norms and romantic imperatives, few of which resemble anything biblical.

Unfortunately, many Christians cannot tell the difference. Much about evangelical marital ethics is at bottom therapeutic: since we are pro-family, we are sure that a happy marriage is a central source of human contentment, and that romantic love is the key gauge of its health. While our marriage covenants are strengthened by romance, the latter has no particular loyalty to the former.

Our personal feelings may lead us out of a marriage as quickly as they lead us into one. As a result, many of us think about marriage much like those outside the church—as a capstone that completes the life of the autonomous self. We claim to be better promise keepers, but our vision of what marriage means is not all that unique. When did this all change?

The shift has gone largely unnoticed over the past half-century. As we finally climb toward multigenerational economic success, we advise our children to finish their education, to launch their careers, and to become financially independent, since dependence is weakness. “Don’t rush into a relationship,” we caution them. “Hold out for a spouse who displays real godliness.” “First loves aren’t likely the best fit.” “You have plenty of time!” we now remind them. “Don’t bank on a mate.” Even those who successfully married young now find themselves dispensing such parental wisdom with little forethought.

As a result, many young adults sense that putting oneself in the trust of another person so soon may be foolish and risky. Many choose to wait out the risk—sometimes for years—to see how a relationship will fare before committing. (We seem to have lost our ability to shame men for such incessant delays.) Consequently, the focus of 20-somethings has become less about building mature relationships and fulfilling responsibilities, and more about enjoying oneself, traveling, and trying on identities and relationships. After all the fun, it will be time to settle down and get serious.

Most young Americans no longer think of marriage as a formative institution, but rather as the institution they enter once they think they are fully formed. Increasing numbers of young evangelicals think likewise, and, by integrating these ideas with the timeless imperative to abstain from sex before marriage, we’ve created a new optimal life formula for our children: Marriage is glorious, and a big deal. But it must wait. And with it, sex. Which is seldom as patient.

Objections to Young Marriage
Now let’s have a dose of that pragmatic reasoning, because there are some good reasons to avoid marrying young. Indeed, studies continue to show that early marriage is the number one predictor of divorce. So why on earth would I want to consider such a disastrous idea that flies in the face of the evidence? Two reasons:

First, what is deemed “early marriage” by researchers is commonly misunderstood. The most competent evaluations of early marriage and divorce note that the association between early age-at-marriage and divorce occurs largely among those who marry as teenagers (before age 20). Although probably all of us know successful examples of such marriages, I still don’t think teen marriage is wise. But the data suggest that marriages that commence in the early 20s are not as risky—especially for women—as conventional wisdom claims.

Second, the age at which a person marries never causes divorce. Rather, a young age-at-marriage is an indicator of an underlying proclivity for marital problems, the kind most Christian couples learn to avoid or solve without parting. Family scholars agree that there are several roots to the link between age-at-marriage and divorce. I consider five of them here, together with some practical ways that parents, friends, and the church can work to turn such weaknesses into strengths.

(1) Economic insecurity: Marrying young can spell poverty, at least temporarily. Yet the mentality that we need to shield young adults from the usual struggles of life by encouraging them to delay marriage until they are financially secure usually rests on an unrealistic standard of living. Good marriages grow through struggles, including economic ones. My wife and I are still fiscal conservatives because of our early days of austerity.

Nevertheless, the economic domain remains an area in which many parents are often able, but frequently unwilling, to assist their children. Many well-meaning parents use their resources as a threat, implying that if their children marry before the age at which their parents socially approve, they are on their own. No more car insurance. No help with tuition. No more rent.

This doesn’t sound very compassionate toward marriage—or toward family members. This is, however, a two-way street: many young adults consider it immature or humiliating to rely on others for financial or even social support. They would rather deal with sexual guilt—if they sense any at all—than consider marrying before they think they are ready. This cultural predilection toward punishing rather than blessing marriage must go, and congregations and churchgoers can help by dropping their own punitive positions toward family members, as well as by identifying deserving young couples who could use a little extra help once in a while. Christians are great about supporting their missionaries, but in this matter, we can be missionaries to the marriages in our midst.

(2) Immaturity: Even if economic security is not a concern, immaturity and naïveté often characterize young marriages. While unlearning self-centeredness and acquiring a sacrificial side aren’t easy at any age, naïveté may actually benefit youth, since preferences and habits ingrained over years of single life often are not set aside easily. Let’s face it: Young adults are inexperienced, but they are not intrinsically incompetent at marriage. So they need, of course, the frank guidance of parents, mentors, and Christian couples.

Women, however, do tend to exhibit greater maturity earlier than men. As a result, it shouldn’t surprise us when a young woman falls in love with someone three, five, even ten years her senior. Indeed, two of the finest marriages I’ve recently witnessed exhibit nearly a dozen years’ difference between husband and wife. While there are unwise ages to marry, there is no right age for which we must make our children wait. Indeed, age integration is one of the unique hallmarks of the institutional church, tacitly contesting the strict age-separation patterns that have long characterized American schools and universities.

One common way that immaturity reveals itself is when parents or children make marriage into another form of social competition or sibling rivalry. Modern adolescence and young adulthood read like one contest after another: the race to win in sports, to get good grades, to attend a prestigious college, to attract the best-looking person, to secure that coveted job. Where does it end? Not with marriage. Even college students who wish to marry are painfully (or proudly) aware of the “ring by spring” competition. Marriage becomes equated with beautiful, successful people.

Weddings become expensive displays of personal and family status. Clergy often get caught in the middle of this, and feel powerless to contest it. My father, a minister, told me that he’d rather “bury people than marry people.”

Such is the pressure cooker of modern weddings. None of this is good. Marriage is too important and too serious to be treated as yet another game to play, with winners and losers. It’s a covenant of mutual submission and sacrificial love, not a contest of prestige, social norms, and saving face. A trend toward more modest weddings would be a great start.

(3) A Poor Match: Marrying early can mean a short search process, which elevates the odds of a poorer match. In the age of online dating personality algorithms and matches (see “Restless, Reformed, and Single,” page 28), Americans have become well acquainted with the cultural notion that getting the right fit in a marital partner is extremely important. Chemistry is the new watchword as we meld marriage with science. Should opposites attract? Or should we look for common interests?

There is no right answer to such questions, because successful marriages are less about the right personalities than about the right practices, like persistent communication and conflict resolution, along with the ability to handle the cyclical nature of so much about marriage, and a bedrock commitment to its sacred unity. Indeed, marriage research confirms that couples who view their marriages as sacred covenants are far better off than those who don’t.

Toward this end, pastors, premarital counselors, and Christian friends must be free to speak frankly into the lives of those seeking their counsel about marriage. While it may be nice to find an optimal match in marriage, it cannot hold a candle to sharing a mental and spiritual commitment to the enduring covenant between God, man, and woman. It just can’t. People change. Chemistry wanes. Covenants don’t.

(4) Marrying for Sex: One byproduct of the abstinence culture is that some marry early simply for the promise of long-awaited, guilt-free sex. After all, Paul told us that it’s better to marry than to burn with passion (1 Cor. 7). And modern America certainly bears a striking resemblance to Corinth, whose church was confused about what to do with marriage. Its people were delaying marriage, just like we are. Yet in our culture of shallow marriages and easy divorce, marrying simply for the lure of sex is not what Paul had in mind. He reminded the Corinthians—and us—of the only two callings for believers in this matter: a season or lifetime of singleness, or marriage. In other words, our freedom to serve as singles or our submission as married people is never intended to be about us. It’s about God. While I certainly understand the biological urge to mate, we need to remind young adults that values like generosity, courage, dependability, compassion, and godliness live on far longer than do high testosterone and estrogen levels. Simply put, family and friends ought to do their best to help young couples discern whether there is more to their love than sexual desire.

(5) Unrealistic expectations: Today’s young adults show tremendous optimism about their own personal futures, leading many to sense they are entitled to a great marriage that will commence according to plan, on their timetable. Unfortunately, marital life often ends up looking different from what they had anticipated. Marriage is a remarkable institution in many ways, but it cannot bear all of the unrealistic expectations that we moderns have heaped upon it.

So enough of the honeymoon banter: insiders know that a good marriage is hard work, and that its challenges often begin immediately. The abstinence industry perpetuates a blissful myth; too much is made of the explosively rewarding marital sex life awaiting abstainers. The fact is that God makes no promises of great sex to those who wait. Some experience difficult marriages. Spouses wander. Others cannot conceive children.

In reality, spouses learn marriage, just like they learn communication, child-rearing, or making love. Unfortunately, education about marriage is now sadly perceived as self-obvious, juvenile, or feminine, the domain of disparaged home economics courses. Nothing could be further from the truth.

In sum, Christians need to get real about marriage: it’s a covenant helpmate thing that suffers from too much idealism and too little realism.Weddings may be beautiful, but marriages become beautiful. Personal storytelling and testimonies can work wonders here, since so much about life is learned behavior. Young adults want to know that it’s possible for two fellow believers to stay happy together for a lifetime, and they need to hear how the generations preceding them did it.

Enduring Gospel Witness
Abstinence is not to blame for our marital crisis. But promoting it has come at a cost in a permissive world in which we are increasingly postponing marriage. While I am no fan of the demographic realities I outlined earlier, one thing I will remember is that while sex matters, marriage matters more. The importance of Christian marriage as a symbol of God’s covenantal faithfulness to his people—and a witness to the future union of Christ and his bride—will only grow in significance as the wider Western culture diminishes both the meaning and actual practice of marriage. Marriage itself will become a witness to the gospel.

Romantic relationship formation is what I study. I’ve spoken with hundreds of young adults about not only what they think or hope for, but also what they actually do. Time and again, I’ve listened to Christian undergraduates recount to me how their relationships turned sexual. One thing I never ask them is why. I know why. Because sex feels great, it feels connectional, it feels deeply human. I never blame them for wanting that. Sex is intended to deepen personal relationships, and desire for it is intended to promote marriage. Such are the impulses of many young Christians in love. In an environment where parents and peers are encouraging them to delay thoughts of marriage, I’m not surprised that their sexuality remains difficult to suppress and the source of considerable angst.

We would do well to recognize some of these relationships for what they are: marriages in the making. If a young couple displays maturity, faith, fidelity, a commitment to understanding marriage as a covenant, and a sense of realism about marriage, then it’s our duty—indeed, our pleasure—to help them expedite the part of marriage that involves public recognition and celebration of what God is already knitting together. We ought to “rejoice and delight” in them, and praise their love (Song of Sol. 1:4).

Mark Regnerus, Ph.D., is the author of Forbidden Fruit: Sex and Religion in the Lives of American Teenagers (Oxford, 2007). He’s an associate professor of sociology at the University of Texas, Austin, where he lives with his wife, Deeann, and their three children.

Leave a comment

Filed under Strengthening Families, Western Civilization

2009: Is the Gay Marriage Debate Over? What the battle for traditional marriage means for Americans and Evangelicals / Mark Galli, Christianity Today

I cannot yet find this article on the online site, sou you will have to read the original in the July2009 print issue of “Christianity Today”.

Thanks very much,
Steve St.Clair
=============

Is the Gay Marriage Debate Over?
What the battle for traditional marriage means for Americans – and Evangelicals
Mark Galli
Christianity Today
July 2009

ONE COULD BECOME wistful about the time in history when marriage was a settled affair, when everyone agreed on what it was, when no nation on the planet would have entertained the idea of legalizing same-sex marriage. But wistfulness is usually reserved for times long ago and places far away—not for a state of affairs that existed less than a decade ago.

In December 2000, the Dutch parliament became the first to pass legislation that gave same-sex couples the right to marry, divorce, and adopt children. On April 1 of the follow­ing year, the mayor of Amsterdam officiated, for the first time in human history, at the ceremonies of the first four gay couples. In the ensuing eight years, Belgium (2003), Spain (2005), Canada (2005), South Africa (2006), and Norway (2008) followed the Netherlands’ lead, and Sweden may now not be far behind.

While we shake our heads at those liber­tine Dutch, traditional marriage was chal­lenged in the U.S. even earlier, in 1993, when the Hawaii Supreme Court ruled that the state’s prohibition of same-sex marriages amounted to discrimination on the basis of sex. For the first time in U.S. history, a state supreme-court ruling suggested that gay couples may have the right to marry.

Social conservatives were galvanized into action and enacted a series of protective measures. Congress passed and President Bill Clinton signed the Defense of Marriage Act (DOMA) in 1996. Three states soon adopted constitutional same-sex marriage bans: Alaska (1998), Nebraska (2000), and Nevada (2000). And in a few years, 42 states enacted statutes similar to DOMA (although three of those bans have since been overturned).

Gay marriage advocacy was given new life with Massachusetts’s historic 2003 high court ruling, which said that it was uncon­stitutional to deny same-sex couples the right to marry. It became clear that statutory bans were not enough; judges could throw out the laws if they felt the bans violated state constitutional rights. Over the next three years, voters in 23 states immediately amended their constitutions to limit mar­riage to heterosexuals.

Since then, the issue has ebbed and flowed, like trench warfare, with each side gaining only yards of territory with each new legislative or judicial assault. When the battle of Election 2008 had ended, it appeared that social conservatives had the momentum when constitutional amendments banning gay marriages passed in three more states.

But seemingly out of nowhere, gay marriage advocates have won stunning judicial, legislative, and social victories. Connecticut began granting marriage cer­tificates to spouses of the same gender in November 2008. In April 2009, Iowa’s high court ruled that banning gay marriages was unconstitutional, and gay couples began lining up at Iowa courthouses. The Vermont legislature legalized gay marriage that same month, while Maine and New Hampshire legalized gay marriage in May.

All the while, Rick Warren and Miss USA contestant Carrie Prejean were hit hard for their public statements against gay marriage. To be against gay mar­riage now carries a social stigma.

A recent poll of Massachusetts residents revealed that 36 percent of voters who oppose gay marriage agreed with the state­ment, “If you speak out against gay marriage in Massachusetts you really have to watch your back because some people may try to hurt you.”

In short, traditional Christians feel like the armored tank of history is rolling over them, crushing traditional marriage under its iron treads, impervious to argument, the ballot box, or judicial logic. Even more disheartening has been to witness how, in each mainline denomination, and even in some evangelical seminaries, fellow Chris­tians lobby hard for gay marriage.

The depressing feeling of inevitability is precisely what advocates of gay marriage want to instill in their opponents. But rely­ing as many do on historical determinism—”Side with us because we’re going to win” — suggests that gay marriage advocates have run out of arguments. It also demonstrates historical amnesia. Arguments from histori­cal inevitability have often been assumed by millions—to take two examples, the inevita­bility of Communism and the death of reli­gion—and yet have proven to be wrong.

Still, we are at our wits’ ends about what to say next, impervious as the gay mar­riage juggernaut is. We know biblically and instinctively that “male and female he created them,” and that these complementary sexual beings are designed to become one flesh. We know that this spiritual instinct and biblical argument will not make much headway in the public square. So what do we say?

We can make secular arguments, of course, but the more we look at the stron­gest secular arguments we can muster, the more those arguments cut two ways. And one of the edges of those arguments will make evangelicals bleed, I’m afraid.

THE NONRELIGIOUS CASE
One way to get at the heart of an argument is to listen to allies who take the opposite view on this issue. There are some social conservatives, for example, who argue for gay marriage on conservative grounds.

Take The Atlantic’s foremost blogger, Andrew Sullivan, a Roman Catholic. He also happens to be gay, but his argument does not rest on his sexual preference. His case, as he asserted in a 2003 Time essay, is “an eminently conservative one—in fact, almost an emblem of ‘compas­sionate conservatism.'” He says the institu­tion of marriage fosters responsibility, com­mitment, and the domestication of unruly men. Thus, “bringing gay men and women into this institution will surely change the gay subculture in subtle but profoundly conser­vative ways.” Growing up gay, he realized he would never have a family, and that it’s “the weddings and relationships and holidays that give families structure and meaning.” And thus, “when I looked forward, I saw nothing but emptiness and loneliness. No wonder it was hard to connect sex with love and com­mitment,” Sullivan wrote.

Or take the argument from the street, so to speak, from a common blogger in Algonquin, Illinois. He is a heterosexual who lives with a woman, and a political conservative who supports legalizing gay marriage. He says we must accept the fact that American society has moved on and “embraced different ways people choose to live and love.” And “when you take away all the legalisms, the moral quotient, the religious implications, and the needs of society,” he writes, “what we are left with is nothing more than how people choose to define their relationships where they feel love for another human being.”

These two writers—one from the center of American culture and the other from the heartland—summarize a privatized view of marriage. Marriage is about the fulfillment of the two people involved. It will help them to mature as human beings and to express more deeply their love for one another.

This, of course, strikes at the heart of how Christians have traditionally under­stood marriage. David Blankenhorn, presi­dent of the New York-based Institute for American Values and author of The Future of Marriage, argued this in a nonreligious way in a September 2008 Los Angeles Times op-ed. There is one constant in the constantly evolving understanding of marriage, he says: “In all societies, marriage shapes the rights and obligations of parenthood. Among us humans, the scholars report, marriage is not primarily a license to have sex. Nor is it primarily a license to receive benefits or social recognition. It is primarily a license to have children.”

Further, he says, “Marriage says to a child: The man and the woman whose sexual union made you will also be there to love and raise you. Marriage says to society as a whole: For every child born, there is a recognized mother and a father, accountable to the child and to each other.”

The argument is nuanced, and goes on to take into account heterosexual couples who will not or cannot have children. But he grounds marriage not in two people, but in two communities: the family and the state.

McGill University law professor Marga­ret Somerville, in a 2003 brief before Can­ada’s Standing Committee on Justice and Human Rights, argued in much the same way. She says that to form a society, we must create “a societal-cultural paradigm.” This is a constellation of “values, principles, attitudes, beliefs, and myths” by which a society finds value and meaning, both individually and collectively.

“Reproduction is the fundamental occur­rence on which, ultimately, the future of human life depends,” she says. “That is the primary reason why marriage is important to society.” Thus, it is crucial that societies protect marriage as a fact and as a symbol, as that institution that fosters human life, doing so in the context of family and society. “Even if a particular man and woman cannot or do not want to have a child, their getting married does not damage this general symbolism.”

Again, the argument is involved and nuanced. Both Blankenhorn and Somerville ground marriage in something larger than two selves who wish to find fulfillment Mar­riage is inescapably connected to children and thus family, and family is inescapably connected to society.

In a highly individualistic culture, this argument swims upstream, but conserva­tive Christians recognize that it corresponds to their basic theological instincts. The narcissism of mutual self-fulfillment will never be a solid foundation for a particular marriage, let alone for the most fundamental institution in society. This is an argument we can press publicly as the opportunity arises.

We’ll have to press it humbly, however, because as it turns out, we are very much complicit in the unrighteousness we decry.

EVANGELICAL INDIVIDUALISM
The thrust of the pro-gay-marriage argu­ment rests on the assumption that the hap­piness of the individual is paramount, and that the state’s responsibility is to protect the rights of individuals to pursue whatever they think will make them happy, as long as no one gets hurt.

The irony of radical individualism is that it will eventually hurt somebody. In practice, the happiness of one individual always runs into the happiness of another, and then only the strong survive. The weaker individual is no longer treated as fully human, and thus his or her right to happiness is compro­mised. In our nation, we see this in the way we treat individuals at both ends of life, in how expendable they are if they interrupt the happiness of the fully functioning—take the increasing acceptance of euthanasia, and the on-the-ground fact of abortions in the thousands every day.

Evangelicals are sensitive to this reality, but are less aware of how much we proac­tively participate in the culture of individu­alism. While stopping short of abortion, we have not given much thought to our easy acceptance of artificial contraception. I’m not arguing for or against contraception here, only pointing to the reality that contracep­tion has separated sex from procreation. That, in turn, has prompted most couples, evangelicals included, to think that sex is first and foremost a fulfilling psychological and physical experience, that a couple has a right to enjoy themselves for a few years before they settle down to family life.

In essence, we have already redefined marriage as an institution designed for per­sonal happiness. We see ancillary evidence of this at the other end of marriage: Though it is a difficult thing to measure, the rate at which evangelicals divorce is hard to distin­guish from the larger culture’s, and the list of reasons for divorce seems no different: ‘We grew apart.” ‘We no longer met each other’s needs.” “Irreconcilable differences.” The language of divorce is usually about the lack of self-fulfillment. our penchant for changing churches, usually because “I just wasn’t being fed,” as well as our need to test every church and pastor against our personal reading of the Bible—well, you can see why Protestants have managed in 500 years to create out of two traditions (Orthodox and Catholic) some 30,000 denominations. While the Baptists are known for their doctrine of “soul com­petency,” a version of the doctrine is woven into the fabric of broader evangelicalism, though it has morphed into sole competency. Thus, the death of mutual accountability and church discipline in our movement. Thus, the exaltation of worship in which the per­sonal experience of the worshiper so often becomes more important than the object of worship. Thus, the continual proliferation of churches, parachurches, and movements because the group we belong to just doesn’t do it the way we think “the Lord is leading me” to do it.

We are, of all Christian traditions, the most individualistic. This individual emphasis has flourished in different ways and in different settings, and often for the good. It has challenged moribund religion (Reformation), prompted revival (Great Awakenings), ministered to the urban poor (Salvation Army), abolished slavery (William Wilberforce), and led to explosive world­wide church growth (Pentecostalism). But it is individualism nonetheless, and it cuts right to the heart of one of our best argu­ments against gay marriage.

We cannot very well argue for the sanc­tity of marriage as a crucial social institu­tion while we blithely go about divorcing and approving of remarriage at a rate that destabilizes marriage. We cannot say that an institution, like the state, has a perfect right to insist on certain values and behavior from its citizens while we refuse to submit to denominational or local church author­ity. We cannot tell gay couples that mar­riage is about something much larger than self-fulfillment when we, like the rest of heterosexual culture, delay marriage until we can experience life, and delay having children until we can enjoy each other for a few years.

In short, we have been perfect hypocrites on this issue. Until we admit that and take steps to amend our ways, our cries of alarm about gay marriage will echo off into oblivion.

WITNESSES TO ANOTHER
This does not mean we should stop fighting initiatives that would legalize gay marriage. Gay marriage is simply a bad idea, whether one is religious or not. But it’s bad not only because of what it will do to the social fabric, but because of what it signals has already hap­pened to our social fabric. We are a culture of radical individualists, and gay marriage does nothing but put an exclamation point on that fact. We should fight it, because it will only make a bad situation worse.

That being said, we are as compromised as the next gay couple when it comes to radi­cal individualism. This means that alongside our call to maintain traditional marriage, we should “bewail our manifold sins and wickedness,” as the Book of Common Prayer puts it. We should acknowledge how much Protestant culture has shaped American culture, how much we’ve collaborated in the flowering of individualism, and how we continue to do so even when the flower has become a weed that is choking off life.

We well may lose the marriage war. But we are called into the battle not because we are promised victory, but because we’re called to be witnesses of a greater battle. Aleksandr Solzhenitsyn has famously said that “the line separating good and evil passes not through states, nor between classes, nor between political parties either, but right through every human heart, and through all human hearts.” In our time and place, it is a battle with the original temptation: to imagine we are gods, captains of our own souls and masters of our fate—a habitual unwillingness to submit to anything bigger than the self.

As we contend with gay marriage propo­nents, then, we contend as both prophets and penitents. Like Isaiah, we can announce to our culture the poisonous fruit of immorality, while saying, ‘Woe is me! For I am lost; for I am a man of unclean lips, and I dwell in the midst of a people of unclean lips” (Isa. 6:5, ESV). Like Paul, we can forthrightly warn others of the horrific consequences of sin, but in the next breath acknowledge that we must admit we are “the chief of sinners” (1 Tim. 1:15).

What we bring to the public table, then, is not our righteousness or even our humility. We come in the name of the One who came into the world to save sinners of all political and social persuasions. We raise our voices on behalf of righteousness not in a way cal­culated to win the culture—for sometimes we will, sometimes we won’t—but as wit­nesses to the only Righteous One. We live in a culture that by all accounts is descending into darkness, and our job is to reflect the light of Christ We speak for what he says is right, using the lingua franca of the culture to argue that as best we can, using the political and social instruments at our disposal to the best of our ability, acknowledging our own complicity in the sins we decry, and pointing to the One who must save us all.

Mark Galli is senior managing editor of CHRISTIANITY TODAY. He is author of A Great and Terrible Love: A Spiritual Journey into the Attributes of God (Baker).

Leave a comment

Filed under Same Sex Marriage, Strengthening Families

2005: Revolution de la filiation: Conflit entre droits des adultes et besoins des enfants / Elizabeth Marquardt

Merci Beaucoup,
Steve St.Clair

===================
Revolution de la filiation:
Conflit émergent entre les droits des adultes et
les besoins des enfants

Appel international de la Commission d’enquête sur l’avenir de la fonction parentale
Par Elizabeth Marquardt

Introduction
LES NOMBREUX changements des dernières années concernant le mariage, la procréation et la structure familiale ont tous eu pour effet de remettre en question la définition du parent d’un enfant. Au fil du temps, des tribunaux et la culture ont désigné différentes personnes comme figures parentales dans la vie d’un enfant, y compris beaux-parents, partenaires des parents en dehors du mariage, donneurs de sperme, mères-porteuses et même des membres de la famille élargie ou des amis de la famille.

Cet élargissement du terme “parent” a eu lieu d’abord suite à l’accroissement considerable du nombre de personnes seules ayant des enfants, et suite à la banalisation du divorce. Mais plus récemment—car grand nombre d’événements importants ont eu lieu ces derniers mois—la redéfinition du statut parental prend de nouvelles formes correspondant à la modification des attitudes culturelles; les techniques de reproduction évoluent, l’accès qu’on y a se généralise et la science n’a de cesse d’inventer des moyens de procréation. Un nombre croissant de couples de même sexe élève des enfants, et beaucoup d’entre eux réclament le droit au mariage. De nouveaux acteurs se joignent au débat sur le mariage, y compris les adeptes du mariage en groupe, et la loi s’efforce de rester à jour, créant souvent autant d’incertitudes qu’elle n’élimine.

Plutôt que de s’efforcer à unir l’homme et la femme qui conçoivent, portent et élèvent un enfant, et que ce soit cette unité qu’on appelle “parents”, la tendance actuelle vers la redéfinition sépare les parents génétiques, congénitaux et sociaux, en leur attribuant des rôles de plus en plus fragmentés et des termes légaux distincts.1

Dans les pays occidentaux et ailleurs, des commissions d’experts, des tribunaux, des experts juridiques et des groupes médicaux prônent la redéfinition du statut parental, presque sans connaître et sans tenir compte des influences venant d’autres disciplines et du public en général.

Aujourd’hui, les besoins et les identités des enfants—ceux qui sont nés et ceux qui naîtront—sont menacés par les politiques et les pratiques qui transforment et fragmentent le rôle parental.

Redéfinir le parent—La situation actuelle à travers le monde
Les événements qui transforment de manière radicale la définition du parent se déroulent à une vitesse ahurissante à travers le monde.

Au Canada, la loi récente qui a légalisé le mariage homosexuel à travers le pays effacait en même temps le terme “parent naturel” de toute législation fédérale, pour le remplacer par le terme “parent légal.”2 Cette stipulation eut pour effet de changer la définition du parent pour tous les enfants canadiens, afin de permettre la legalization tant controversée du mariage homosexuel.

C’est également au Canada que deux jugements étonnement contradictoires sont en vigueur: dans certaines provinces, un enfant adopté a maintenant le droit de connaître l’identité de ses parents biologiques, alors que révéler l’identité des parents biologiques à un enfant conçu à l’aide de sperme ou d’ovule de donneurs constitue un délit fédéral passible d’amende, d’emprisonnement ou des deux.

En Espagne, suite à la légalisation du mariage entre partenaires du même sexe, le Bureau de l’état civil a enlevé les mots “mère” et “père” du premier document le pays émet à chaque citoyen: l’acte de naissance. Ces mots sont désormais remplacés par “progéniteur A” et “progéniteur B”3

En même temps, étrange coïncidence, des commissions législatives dans trois autres pays ont publié des rapports le printemps dernier sur les techniques de reproduction assistée. Chacun de ces rapports apporte des changements radicaux à la definition du parent.

Dans un rapport intitulé “Nouvelles Questions portant sur le Statut de Parent Légal,” la Commission juridique de la Nouvelle-Zélande a soumis la proposition inedited d’autoriser les enfants conçus à l’aide de sperme ou d’ovules de donneurs à avoir trois parents légaux ou plus, afin d’accorder aux donneurs de sperme ou d’ovules l’option de devenir parents légaux.4

En Australie, la Commission des réformes juridiques de Victoria a proposé que l’on ouvre l’accès à des services d’insémination artificielle aux couples de même sexe et aux célibataires, comme on le fait dans nombreux pays dont les États-Unis (bien que cela soit encore illégal dans certains pays européens et autre pays). Le raisonnement de la Commission était saisissant. Elle affirmait qu’élargir l’accès à l’insémination par donneur pour en faire bénéficier les couples de même sexe et les personnes seules est une mesure essentielle car cela aura pour effet de réduire la discrimination sociale visant les enfants élevés dans ce type de famille.5 Dans un rapport subséquent, cette Commission proposait que les donneurs de sperme et d’ovules bénéficient de l’option de devenir le troisième parent légal d’un enfant.

En même temps, en Irlande, la Commission de la Procréation Humaine Assistée a étonné un grand nombre de gens en proposant qu’un couple qui élabore un projet parental par l’intermédiaire d’une mère porteuse soit automatiquement déclaré parents légaux de l’enfant, enlevant à la femme qui donne naissance à l’enfant toute protection ou statut légal si elle devait changer d’avis.6 Un membre de la Commission, en désaccord avec la majorité, déclarait, en guise d’avertissement, “Si la mère porteuse offrait de la résistance [à renoncer au bébé], on pourrait utiliser contre elle une contrainte raisonnable.”7

Pendant ce temps, en Inde, les nouvelles directives relatives aux techniques de reproduction assistée, émises en juin 2005 par le Conseil Indien de la Recherche Médicale, déclarent que “l’enfant né suite à l’utilisation de gamètes de donneurs [sperme ou ovules] n’aura aucun droit quelqu’il soit de connaître l’identité de ses parents génétiques.” Le titre du journal local affirmait que les nouveaux réglements “contribuent considérablement à mettre fin à l’exploitation”—se situant dans l’optique des adultes qui donnent ou qui reçoivent du sperme ou des ovules, mais ne tenant pas compte du point de vue des enfants qui ne pourront jamais connaître leurs origines.8

D’autres mesures prises par des gouvernements indiquent un niveau croissant d’intervention de l’État, et un contrôle accru exercé sur la reproduction et la vie de famille.

En Grande Bretagne, une loi récente interdisant l’anonymat du donneur a provoqué une diminution abrupte du nombre de personnes voulant faire don de sperme ou d’ovules.9 Peu de temps après, les services gouvernementaux de santé ont mis sur pied une campagne dynamique de recrutement de donneurs de sperme et d’ovules, ne se limitant pas à autoriser la procréation planifiée d’enfants séparés d’un ou de leurs deux parents biologiques, mais encourageant cette procréation de manière explicite.10

Le Danemark fournit un autre exemple d’appui étatique actif. Dans ce pays, où les impôts sont élevés, l’État subventionne le don de sperme en stipulant que les revenus des donneurs de sperme seront exonérés d’impôts. L’entreprise danoise Cryos, une des plus grandes banques de sperme au monde, expédie presque trios quarts de son sperme à des individus et des couples outre-mer, avec l’appui implicite des contribuables danois.11 De plus, prenant une mesure encore plus étonnante, le parlement danois a ratifié récemment, par une marge étroite, une loi donnant accès aux couples de lesbiennes et aux femmes seules à l’insémination artificielle dans des hôpitaux publics.12

Au Vietnam, l’hôpital d’État manque de donneurs bénévoles de sperme. Il a donc conçu le projet d’établir une banque de sperme communautaire en demandant à ceux qui désirent obtenir du sperme de référer un membre de la famille ou un ami qui donnera du sperme à la banque, en vue d’utilisation par un autre couple. La demande accrue de sperme provient de “familles où le mari et la femme sont des cadres, et de femmes qui désirent avoir un enfant sans se marier.”13

En Australie, une loi ratifiée en 1984 autorisant les donneurs de sperme à prendre contact avec leurs enfants de plus de 18 ans a mené à la proposition émise cette année selon laquelle les enfants conçus à l’aide de sperme de donneurs pourraient recevoir une lettre du gouvernement les avertissant du désir du donneur de sperme de prendre contact avec eux. En Australie comme ailleurs, la plupart des parents d’enfants conçus à l’aide de sperme de donneur n’ont jamais révélé la vérité à ces enfants.14 Afin de parer au choque éventuel, le gouvernement à Victoria a proposé de monter une campagne publique avertissant les jeunes adultes qu’ils pourraient être contactés par un père donneur de sperme dont ils ne connaissent pas l’existence.15

Entre temps, aux États-Unis le domaine des techniques de procréation se développe toujours presque sans réglementation. Des décisions très difficiles sont souvent confiées à des juges de juridictions locales (dont les cas arrivent parfois devant des cours suprêmes). Ces tribunaux doivent trop souvent décider qui sont les parents d’un enfant en choisissant parmi les nombreux adultes impliqués dans le projet parental, dans la conception, la naissance et l’éducation de l’enfant.

Récemment, la Cour Suprême de la Californie a entendu trois cas concernant des couples de lesbiennes qui avaient eu des enfants en utilisant du sperme de donneurs, et qui se sont séparés par la suite. Dans ces cas, la figure maternelle (qui, dans aucun des cas n’avait adopté l’enfant) a perdu l’accès à l’enfant ou ne souhaitait plus avoir une obligation financière envers l’enfant. Le tribunal a décidé, dans les trois cas, que la mère non biologique est comparable au père de l’enfant et doit détenir un statut parental à part entière, avec les droits et les responsabilités que ce statut implique.16 Le résultat risque d’avoir des conséquences de grande portée non seulement pour les couples de même sexe, mais pour les nombreux couples hétérosexuels dans des familles recomposées,17 ainsi que pour ceux qui pourraient se servir de techniques de reproduction ou élever ensemble des enfants pendant un certain temps en dehors du mariage, sans adoption et sans autre structure légale.

En Pennsylvanie, dans la contrée d’Erie, un juge devait décider récemment à qui accorder le statut de parent dans un cas où une mère porteuse avait porté des triplets pour un couple dont l’homme avait 62 ans et la femme 60 ans. Lorsque le couple n’est pas venu chercher les bébés, l’hôpital a entamé la démarche pour les placer en maison d’accueil. En apprenant cela, la mère porteuse, avec approbation du juge obtenue par la suite, les a pris chez elle et s’est mise à les élever comme ses propres enfants. Mais le couple ayant eu recours à la mère porteuse continue à réclamer l’accès légal aux enfants (et l’homme de 62 ans est obligé de pourvoir à leurs besoins), tandis que l’étudiante qui a fourni ses ovules réclame ses droits parentaux également.18

Dans un autre cas entendu actuellement dans la Cour Suprême de Pennsylvanie, un donneur de sperme a été sommé par une juridiction inférieure à prendre en charge des jumaux conçus par fertilisation in vitro. Selon la juridiction inférieure, la mere et le donneur de sperme avait commis un tort envers les jumaux et leur avait fait perdre leurs droits en établissant l’entente qui déchargeait le donneur de toute responsabilité à leur égard. On demande maintenant à la Cour Suprême de renverser cette décision.19

Suite à ces deux cas, les législateurs en Pennsylvanie ont réuni une sous-commission chargée des techniques de reproduction. Un avocat siégeant à la commission a déclaré, “Dans la société actuelle, il devient fréquent pour un donneur de sperme ou d’ovules, et pour une mère de substitution de participer à la création d’une famille, et il est dans l’intérêt de tous les citoyens de l’État que l’on établisse la définition légale du parent, ainsi que ses droits et responsabilités.”20 L’article rapportant ces développements présentait la question uniquement du point de vue de la protection des droits des adultes, y compris donneurs d’ovules et de sperme, mères porteuses et parents légaux. La question de l’effet de ces décisions sur les enfants n’était pas évoquée.

En Ohio, un projet de loi récent portait sur la pratique de plus en plus répandue de “l’adoption d’embryon,” situation où un couple ayant un embryon non utilisé, créé dans le cadre d’un projet de procréation assistée, donne l’embryon à un autre couple, qui l’implante dans l’uterus de la femme et qui élève l’enfant comme le sien propre. Le projet de loi définit la mère qui donne naissance à l’enfant, et non pas la mère biologique, comme étant la mère légale, et précise que le mari de la mère dont l’enfant est né, et qui a consenti à l’adoption de l’enfant, en est le père légal.21

Bien que de tels jugements et propositions puissent clarifier certaines situations, ils créent en même temps d’étonnantes incertitudes insolites, et posent à la jurisprudence de nouveaux problèmes à résoudre, compte tenu de la très large gamme d’adultes—du donneur de sperme au mari d’une femme à qui on a implanté l’embryon de quelqu’un d’autre, en passant par la mère porteuse ou le donneurd’ovules, jusqu’à l’ancienne amie ou ancien ami d’un parent—à qui l’on peut designer le statut de parent d’un enfant.

En même temps, l’intensité du débat public concernant le mariage homosexuel, et la visibilité croissante des couples de même sexe qui élèvent des enfants contribuent à créer de nouvelles incertitudes quant à la signification du rôle parental. Cesnouvelles incertitudes pourraient un grand nombre d’enfants, pas seulement ceux, relativement peu nombreux, qui sont élevés par des homosexuels et des lesbiennes.

Au Massachusetts, une décision 4 contre 3 de l’autorité judiciaire de l’État a légalisé le mariage homosexuel il y a presque trois ans. (Il est intéressant de noter que de toutes les lois, décisions et propositions dont il est question dans ce rapport, le mariage homosexuel au Massachusetts est une des premières.) Suivant cette decision du tribunal, le Ministère de la Santé Publique a modifié le certificat standard de mariage, remplaçant les mots “mari” et “femme” par les termes “partie A” et “partie B”. De plus, il a proposé que l’on change les actes de naissance de tous les enfants nés au Massachusetts en remplaçant les mots “mère” et “père” par les termes “Parent A” et “Parent B.”22

Comme au Canada et en Espagne, une fois qu’on légalise le mariage homosexuel, certains adeptes avancent immédiatement l’argument que le concept légal de parent, peu importe les enfants impliqués, doit changer, quitte à éliminer les mots “père” et “mère” des premiers documents qu’un État émet à tous les enfants.23

Le fait est que les couples de même sexe, les parents adoptifs, les célibataires et les couples infertiles utilisant des donneurs demandent, en règle générale, que le nom d’un ou des deux parents biologiques ne paraisse pas à l’acte de naissance—et que celui d’un parent non biologique y paraisse sans qu’il y ait adoption légale. Au Québec, lorsqu’une femme vivant dans une union civile homosexuelle donne naissance à un enfant, la loi accorde le statut parental à sa partenaire, qui peut figurer comme père de l’enfant dans l’acte de naissance.24 Une décision semblable a été prise récemment par un tribunal en Ontario; le juge a souligné que le témoignage des mères dont les noms n’ont pas été inscrits automatiquement aux actes de naissance ‘révèle une grande souffrance’ et que certaines de ces femmes trouvent l’exigence d’adopter l’enfant “immorale”25. En Californie, on autorise également une “deuxième mère” à s’inscrire à l’acte de naissance en tant que père. L’année dernière, un juge au New Jersey a décidé pour la première fois dans cet État que la partenaire d’une femme qui a conçu un enfant à l’aide de sperme de donneur, a automatiquement le droit d’être inscrite à l’acte de naissance de l’enfant en tant que parent de naissance, sans l’obligation d’adopter l’enfant, comme c’est le cas des maris de femmes se servant de sperme de donneurs.26 Plus tôt cette année, l’État de Virginie a émis à un couple de lesbiennes qui adoptait un enfant un acte de naissance portant les termes “Parent 1” et “Parent 2,” car le couple avait refusé d’inscrire un de leurs noms à la rubrique “père” de l’acte de naissance.27 Un procès semblable vient d’être intenté en Oregon.28 D’autres suivront sans doute.

Partout au monde, l’État joue un rôle de plus en plus actif dans la redéfinition du parent. La nouvelle définition met de plus en plus l’accent sur les droits des adultes à avoir des enfants, plutôt que les besoins des enfants de connaître et d’être élevés par leurs mères et pères, dans les limites du possible. L’État est maintenant systématiquement impliqué dans la réglementation, la ventilation et la résolution de litiges autour de la procréation et le statut parental. Peu d’endroits offrent une résistance active à cette tendance mondiale.

C’est peut-être la position adoptée par la France qui offre l’exemple le plus étonnant d’opposition. Dans ce pays, le rapport de la Commission parlementaire “Famille et droits des enfants,” rendu public en janvier 2006, a exprimé un point de vue tout à fait contraire à la tendance. Les auteurs du rapport remarquent sur un ton critique que “le désir d’avoir un enfant semble s’être transformé en droit à un enfant.” Ils affirment que “lorsqu’il s’agit des vies des enfants, les législateurs se doivent d’agir avec prudence et de rechercher calmement un consensus social…” Les auteurs du rapport recommandent que l’on décide contre la légalisation du mariage homosexuel, invoquant des inquiétudes liées à l’identité et le développement des enfants quand la loi crée de “fausses filiations,” ou dans une situation où il y a “deux pères ou deux mères —ce qui, sur le plan biologique, n’est ni réel ni plausible.” Recommandant “leprincipe de précaution,” les auteurs du rapport concluent que la procréation assistée doit continuer à être fondée sur des justifications médicales, qu’elle doit s’appliquer à la configuration “une mère—un père—un enfant,” et que le recours aux mères porteuses doit rester interdit.29

Un autre développement notable s’est produit en Italie l’été passé, lorsque les électeurs ont rejeté un référendum qui aurait rendu moins restrictive la loi relative à la procréation. La loi qui est restée en effet interdit le recours au sperme et aux ovules de donneurs, et autorise les techniques de procréation assistée pour les couples mariés seulement. Un exemple un peu moins restrictif est celui du Taiwan, où l’année dernière le Conseil des ministres a approuvé une loi sur les techniques de procréation assistée, qui limite l’utilisation de ces techniques aux couples stériles, interdit de recevoir du sperme et des ovules de parents proches, et n’autorise pas que le sperme ou les ovules d’un même donneur soit utilisés par plus de deux couples. Mais des exemples de ce type sont rares.30

Pourquoi la redéfinition mondiale du parent menace l’identité de l’enfant
Pourquoi devons-nous nous soucier des nombreuses décisions, lois et propositions partout dans le monde qui visent à redéfinir le mariage?

Une bonne société protège les intérêts des citoyens les plus vulnérables, particulièrement ceux des enfants. En ce moment, l’institution la plus essentielle pour lasurvie des enfants—celle de l’union parentale—est soumise à une redéfinition fondamentale, avec l’appui tacite de l’État, quand ce n’est pas l’État qui prend les rênes en main. De plus en plus, la loi et la culture considèrent le rôle parental une institution axée principalement sur le droit des adultes à avoir des enfants, plutôt que sur le besoin qu’ont les enfants de leur mère et de leur père. Ces changements sans précédent sont introduits le plus souvent sans conscientisation et sans débat public.

Le fil conducteur reliant grand nombre de ces décisions est le droit des adultes aux enfants. La revendication de ces droits est légitime. Le désir d’avoir un enfant est une force puissante ressentie profondément dans l’âme. L’incapacité de porter ses propres enfants est perçue comme une perte énorme, qui provoque parfois un deuil jamais éteint. Nous devons réagir à ce désir avec respect et compassion. Il est légitime de demander que la médecine et la société viennent en aide à ceux qui nepeuvent pas avoir des enfants.

Mais les droits et les besoins des adultes qui veulent concevoir des enfants ne sont pas le seul facteur à prendre en compte. Les enfants ont, eux aussi, des droits et des besoins. Par exemple, la Convention de l’ONU sur les Droits des Enfants, ratifié en 1989, affirme que “l’enfant aura…le droit dès sa naissance à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans les limites du possible, le droit de connaître ses propres parents et d’être élevé par eux.”31

Les auteurs de la Convention tiennent compte de plusieurs éléments essentiels à l’identité, la sécurité et l’épanouissement humains: avoir un nom, être citoyen d’un pays dont les lois vous protègent et, lorsque c’est possible, être élevé par les deux personnes dont l’union physique vous a créé. Les adultes qui sont en faveur des nouvelles techniques de procréation disent souvent que la biologie n’a pas d’importance pour les enfants, que ces-derniers n’ont pas besoin d’autre chose que d’une famille aimante. Pourtant, la biologie semble importer beaucoup aux adultes, qui se donnent parfois beaucoup de mal—se soumettant à des procédés médicaux très risqués; se procurant des ovules, du sperme et même l’uterus de personnes inconnues; et payant des sommes élevés— pour créer un enfant ayant des liens génétiques avec au moins un d’entre eux. Il est donc très contradictoire de voir ces mêmes adultes insister que la relation biologique de l’enfant avec un donneur absent (mère ou père) ne devrait pas importer à l’enfant.

Bien entendu, l’État a un rôle réel et urgent à jouer dans la définition de l’autorité parentale. Il est vrai que certains parents biologiques représentent un danger pour leurs enfants. Il est vrai aussi que l’adoption est une institution sociale favorable aux enfants qui en ont grandement besoin. L’adoption est une expression admirable d’altruisme, d’un type d’amour qui va au-delà de nos tendances bien ancrées de protéger d’abord ceux avec qui nous avons des liens de sang. Mais l’adoption légale n’a jamais eu pour but d’appuyer l’argument qu’un enfant ne se soucit pas de savoir qui est sa mère et son père, ni de justifier la séparation plannifiée d’un enfant de sa mère ou de son père biologique avant même que cet enfant soit conçu.

Personne ne nie que la biologie n’est pas tout. Elle ne doit pas déterminer, et ne determine pas, toute la portée des relations humaines. Certains parents biologiques peuvent nuire à leurs enfants et certains enfants se portent mieux lorsqu’on les éloigne de ces parents (bien qu’en général, comme on va le voir, il est plus probable que les enfants soient en sécurité avec leurs parents biologiques qu’avec des adultes n’ayant pas de liens de parenté avec eux.) Quoi qu’il en soit, les actions et témoignages des enfants et des adultes confirment souvent, de manière puissante, que la biologie importe.

Avant d’être emporté par le mouvement précipité vers une nouvelle définition du parent, il faut s’arrêter et poser certaines questions dérangeantes, du point de vue des enfants. Les enfants ont-ils une attitude aussi flexible que l’imaginent ceux qui voient ces changements sous l’angle des droits des adultes? Que pensent les enfants du “meilleur des mondes” envisagé pour le nouveau parent? Les sentiments des enfants méritent-ils d’être pris en considération?

Le Point de vue des enfants
Les voix émergentes des enfants

Les enfants élevés sans leurs propres mères et pères mariés l’un à l’autre perçoivent leurs vies dans une lumière très différente de la perspective que les experts légaux, les tribunaux et les futurs parents leur attribuent. Par exemple, des études sur la vie intérieure d’enfants de parents divorcés révèlent des effets nuisibles qu’on n’avait pas imaginé au début de l’enthousiasmante révolution du divorce sans faute.32

Pour être clair, la question n’est pas de savoir si les enfants aiment leurs parents.

C’est un fait presque universel que les enfants aiment leurs parents sans qualification, que leurs parents soient mariés, divorcés, célibataires ou homosexuels. La veritable question est de savoir quels sont les sentiments des enfants, et comment ils perçoivent leur identité, lorsque leur mère ou leur père, ou bien les deux, sont absents de leur quotidien.

La première génération d’enfants conçus à l’aide de donneurs, qui atteint maintenant l’âge adulte, constitue une étude de cas remarquable pour examiner cette question.

La plupart de ces jeunes adultes ont été conçus par des couples mariés qui ont eu recours au sperme de donneur. Beaucoup tiennent maintenant à faire connaître l’impact considérable sur l’identité des enfants de la situation où des adultes conçoivent un enfant en ayant à l’avance l’intention de le séparer d’un parent biologique.33

Souvent, ces jeunes gens disent qu’on leur a volé le droit fondamental d’être élevés par, ou du moins de connaître, leurs pères biologiques. Ils disent que ce refus conscient est un facteur déterminant de leur recherche d’identité. Les adolescents et adultes conçus à l’aide de sperme de donneurs créent des associations,34 s’expriment souvent dans les journaux35 ou utilisent l’Internet pour essayer de prendre contact avec les donneurs de sperme et pour trouver des demi-frères et demi-soeurs conçus avec le même sperme.36 Ces jeunes gens habitent les États-Unis, le Canada, l’Australie, l’Angleterre, le Japon et d’autres pays. Il est difficile de connaître les chiffres exacts, mais on calcule que le nombre d’enfants nés aux États-Unis chaque année grâce à l’insémination artificielle se situe entre 3 000 et 75 000, et qu’environ 3 000 enfants chaque année sont conçus à l’aide d’ovules de donneurs.37

Bien que ces nombres ne soient pas très élevés, ils augmentent, et les histories racontées par ces jeunes gens soulèvent non seulement des questions concernant leurs propres expériences, mais aussi la perspective pour la génération suivante d’enfants nés par l’intermédiaire de techniques encore plus complexes.

Les jeunes gens conçus par l’intermédiaire de donneurs soulignent que le consentement éclairé de la personne la plus concernée—l’enfant—n’est pas obtenu dans les procédés de procréation assistée qui séparent sciemment les enfants d’un ou des deux de leurs parents biologiques. Ces enfants demandent comment l’État peut aider et défendre une pratique qui les prive de leur droit de naissance de connaître et d’être élevés par leurs propres parents, et qui cache sans leur consentement la moitié de leur patrimoine génétique. Certains se disent “bancals” ou “à moitié adoptés.”38 Un d’entre eux se définit comme “esclave par parenté.”39 Certains de ceux qui ont des parents génétiques homosexuels (hommes ou femmes) se qualifient euxmêmes de “progéniture de pédé,” bien que d’autres dans la même situation trouvent ce terme offansant.40 Il n’existe pas d’études sur l’expérience affective à long terme de ces jeunes gens.41 Il est évident qu’il nous faut entreprendre des études de cette nature, rigoureuses et à long terme. Pour l’instant, il est essentiel d’entendre ce qu’ils ont à nous dire.

Narelle Grech, une femme australienne conçue à l’aide d’un donneur, et qui a maintenant un peu plus de vingt ans, pose la question: “Comment peut-on créer un enfant en sachant pertinemment qu’elle ou lui ne pourra pas connaître ses antecedents et, par conséquent, ne pourra pas se connaître?” Elle se demande quel message social est transmis aux jeunes hommes par la conception qui utilise des donneurs:

“Vont-ils penser que causer la grossesse d’une femme ou d’une jeune fille est inoffensif, et qu’ils peuvent ensuite la quitter, puisque, après tout, la biologie n’a pas d’importance?”

Une autre femme australienne, Joanna Rose, demande pourquoi tout le monde “trouve choquant” qu’une femme parte de l’hôpital avec le bébé de quelqu’un d’autre, alors qu’ils trouvent tout à fait normal que des enfants soient conçus par des donneurs. Elle affirme: “Notre besoin de connaître et d’être connus de notre parenté génétique est aussi fort et aussi justifié que celui de n’importe qui d’autre.” Elle écrit de manière touchante: “Je pense que la douleur de la stérilité ne doit pas être apaisée au dépens de la génération suivante.”42

Lorsqu’ils sont interviewés, les jeunes adultes conçus à l’aide de donneurs experiment souvent le sentiment que le donneur de sperme “est la moitié de qui je suis.” Une jeune femme nommée Claire est vraisemblablement le premier enfant de donneur bénéficiant du don de sperme avec donneur identifié, et de la possibilité de contacter son père quand elle aura 18 ans. Elle dit qu’elle veut rencontrer le donneur parce qu’elle veut savoir “ce qu’est la moitié de moi, la moitié de mes origines.”43

Zannah Merricks de Londres dit, “Je veux rencontrer le donneur parce que je veux connaître l’autre partie de mes origines.”44 Lindsay Greenawalt, une jeune femme de Canton, Ohio, qui cherche des renseignements concernant son donneur de sperme, dit: “J’ai le sentiment qu’on m’a enlevé le droit de savoir qui je suis et d’où je viens.”45

Eve Andrews, une jeune fille de 17 ans au Texas a l’intention de demander à labanque de sperme de la Californie, qui a participé au projet parental par lequel elle a été conçue, de transmettre une lettre à son donneur quand elle aura 18 ans. “Il y a dans ma vie beaucoup de questions qui sont restées sans réponses, et je voudrais obtenir ces réponses,” dit-elle. Par contre, sa mère, qui a 51 ans et qui a été interrogée au cours de la même étude, a précisé, “En tant que femme devant faire face à la possibilité de la stérilité, votre seul désir est d’avoir un bébé… Ça ne m’a meme pas traversé l’esprit que cet enfant pourrait un jour vouloir trouver son père biologique.”46

Un jeune homme de 31 ans, médecin au Japon, a appris qu’il avait été conçu à l’aide de sperme de donneur lorsqu’il examinait les globules blancs de ses parents (et leurs groupes sanguins). “Ce qui m’a fait le plus mal, c’est que mes parents ne m’ont rien dit pendant 29 ans,” a-t-il dit. “Et si mes parents ne me mettaient pas au courant, je n’avais aucun moyen d’exercer mon droit de connaître mes origins biologiques.”47

Une jeune fille de 14 ans en Pennsylvanie a écrit à la chronique “Dear Abby” lorsqu’elle a appris qu’elle avait été conçue à l’aide de sperme de donneur. Dans quelques phrases, elle a identifié les problèmes auxquels se trouvent confrontés les jeunes gens conçus de cette manière, problèmes qui représentent maintenant un défi pour notre société. Elle a écrit: “Ça me fait peur de penser que je pourrais avoir des frères ou des soeurs quelque part48 et que ça peut ne pas leur importer que j’existe.” Cette adolescente, qui lutte seule pour surmonter un sentiment d’abandon, de douleur et de confusion, remet en question, de façon bouleversante, la position sociale et légale qu’on adopte actuellement dans ce contexte : “Je ne comprends pas pourquoi il est légal d’être donneur, alors qu’un enfant pourrait en résulter.”49

Certains réagissent aux propos des adultes conçus à l’aide de donneurs en disant que ces jeunes adultes sont en contradiction avec eux-mêmes. Ils disent qu’en remettant en question la pratique de la conception à l’aide de donneurs, ces personnes refusent leur propre existence, car sans sperme ou ovules de donneurs ils ne seraient pas nés. Je trouve cette réaction extrêmement dépourvue de sensibilité.50

Chacun de nous, peu importe la façon dont il est arrivé ici, devrait pouvoir raconteur son histoire et ses difficultés et s’attendre à ce qu’on lui accorde respect et dignité, et non pas qu’on lui reproche d’ignorer de manière irrationnelle les circonstances de sa naissance, ou de manquer d’appréciation pour sa propre existence.

L’Importance des parents biologiques: preuves apportées par les sciences sociales
Du point de vue des sciences sociales, que savons-nous des expériences des enfants qui ne grandissent pas avec leurs propres mères et pères? Dans certains domaines, nous avons des connaissances abondantes. Dans d’autres, il nous faut apprendre plus.

Aux cours des décennies récentes, les experts en sciences sociales sont arrivés à un consensus largement appuyé quant aux avantages du mariage pour les enfants. Un article récent du New York Times rapporté que: “Du point de vue de l’enfant, selon un nombre croissant de chercheurs en sciences sociales, la famille la plus propice à l’épanouissement est celle où il vit avec ses deux parents biologiques, dont le mariage est peu conflictuel.”51

Les enfants élevés par des parents divorcés ou qui ne se sont jamais mariés, ont plus de risque de vivre dans la pauvreté, de mal réussir à l’école, d’avoir des problèmes psychologiques et des maladies mentales, et d’être impliqués dans des activités criminelles.

Les enfants élevés en dehors d’une famille constituée par un couple marié ont moins de probabilité de finir des études universitaires et d’obtenir des postes de niveau élevé. En tant qu’adultes, ils ont plus de risque de divorce et plus de risqué d’avoir des enfants en dehors du mariage.

En termes du bien-être physique des enfants, et de leur santé, le mariage est associé à un risque très diminué de mortalité infantile. Les enfants vivant avec leurs propres parents mariés sont en meilleure santé physique, en général, que les enfants dans d’autres types de familles. De manière tragique, pour les enfants ne vivant pas avec leurs deux parents mariés l’un à l’autre, le risque d’abus et de suicide est considérablement plus élevés.52

De plus en plus de gens se rendent compte que le mariage offre des avantages importants aux enfants. Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que c’est le mariage du propre père et de la propre mère de l’enfant (par opposition à un remariage) qui produit ces avantages. Par exemple, quand on regarde les principaux indices du bien-être des enfants, tels que la grossesse des adolescentes, échec scolaire, délinquance et abus, les enfants élevés dans des familles avec beaux-parents ressemblent plus aux enfants de parents célibataires qu’aux enfants élevés par leurs propres parents mariés.53

Certains adeptes de la légalisation du mariage homosexuel disent que ce sera une bonne chose pour les enfants, parce qu’ils auront deux parents mariés. Mais les données sur les belles-familles suggèrent que ce n’est pas aussi simple. Nous ne savons pas en quelle mesure les résultats moins bons liés à ces familles peuvent être attribués aux antécédents de rupture et à d’autres problèmes spécifiques aux bellesfamilles, et en quelle mesure ces résultats reflètent le fait que l’enfant est élevé dans une famille où un parent est sans lien biologique avec lui.54

La plupart des beaux-parents sont des gens responsables qui s’occupent de leur mieux des enfants qu’ils élèvent. Cependant, il est essentiel que les décideurs de politiques concernant la famille connaissent les multiples résultats de recherches montrant que les enfants élevés par des adultes sans liens biologiques avec eux sont exposés à un risque d’abus considérablement augmenté. En général, les concubins des mères et les beaux-pères abusent des enfants plus souvent que les pères; le risque est particulièrement élevé quand c’est le concubin de la mère qui s’occupe des enfants quand la mère est absente. Plus de soixante-dix études réputées rapportent le fait qu’un nombre étonnant—entre le tiers et la moitié—de filles dont les parents sont divorcés disent avoir été molestées ou abusées sexuellement pendant leur enfance, le plus souvent par le concubin de leurs mères ou par leurs beauxpères.55

L’examen de quarante-deux études a révélé que “la majorité des enfants ayant subi de l’abus sexuel…semblent faire partie de familles monoparentales ou de familles reconstituées.”56 Deux chercheurs experts dans ce domaine résument la situation ainsi: “Vivre avec un beau-parent se révèle être le principal facteur permettant de prévoir l’abus grave d’un enfant.”57

Les domaines de l’évolution biologique et de la psychologie nous fournissent des explications du fait que les enfants sont, en général, plus en sécurité chez leurs parents biologiques. David Popenoe, sociologue à l’université Rutgers, résume la recherche en ces mots : “Du point de vue de la psychologie de l’évolution, l’organisation de la famille nucléaire humaine est basée [en partie sur] …une predisposition à protéger les intérêts des relations génétiques avant ceux des individus avec qui on n’a pas de liens de parenté : le principe de l’entraide intra-familiale, la priorité de la parenté ou le népotisme.58 En ce qui concerne les enfants, cela veut dire que les hommes et les femmes ont évolué de façon à investir plus dans des enfants avec qui ils ont des liens biologiques que dans ceux avec qui ils n’en ont pas.59 Ce favoritisme biologique se manifeste partout dans le monde.60

Bien entendu, reconnaître que les adultes ont tendance à favoriser leurs propres enfants ne veut pas dire que cette prédisposition soit toujours une bonne chose. Mais c’est reconnaître que cette tendance est très commune et probablement fortement inscrite chez l’humain. Idéalement, nous pourrions tous nous soucier autant des enfants des autres que de nos enfants, mais en pratique la race humaine n’a pas atteint un tel degré de développement.

Cela dit, l’adoption constitue une situation exemplaire. Lorsque l’Etat choisit avec soin des parents adoptifs, que ces derniers reçoivent un appui social dans leur role parental, et que les enfants adoptés sont élevés dès la naissance par des parents ayant un engagement solide et durable l’un envers l’autre, les vies de ces enfants sont très semblables à celles des autres enfants, et sont nettement meilleures que celles des enfants non désirés vivant dans des milieux abusifs ou négligents. Là encore, le fait que, même si la biologie n’est pas tout—les parents biologiques peuvent être inadéquats et les parents adoptifs sont en général très responsables—les sciences et les voix des enfants eux-mêmes nous disent que la biologie compte.

Quelle est la pertinence de la recherche sur les belles-familles ou autres familles alternatives pour les enfants élevés par des parents de même sexe? Nous ne le savons pas encore. La recherche actuelle sur les parents de même sexe est limitée par le petit nombre de couples homosexuels qui élèvent des enfants, par rapport à la population globale, et par le fait que ces couples commencent à peine d’être visibles.

La littérature traitant du rôle parental assumé par des couples homosexuels a fait l’objet de plusieurs études académiques.61 Une des plus détaillée a été menée par Steven Nock, sociologue à l’Université de Virginia, à qui on a demandé de soumettre un mémorandum destiné à éclairer un cas majeur dans un tribunal canadien.

Après avoir examiné quelques centaines d’études, il a conclu que tous les articles “contenaient au moins une erreur vitale de structure ou d’exécution de la recherche” et que “pas une seule de ces études n’a été menée en respectant les protocoles scientifiques de recherche.”62

Les limites et les erreurs de structure notées par Nock et par d’autres experts comprennent: les échantillons ne sont pas représentatifs au niveau national; les résultats portent sur des facteurs restreints (qui intéressent surtout les psychologues du développement et non pas les sociologues étudiant la famille); souvent, les etudes sont fondées sur le point de vue de la mère concernant ses propres aptitudes en tant que parent, plutôt que sur des indices objectifs du bien-être de l’enfant; de plus, il n’existe presque pas d’études à long terme qui suivent les enfants des parents de même sexe jusqu’à l’âge adulte. Mais le problème le plus important est que la grande majorité de ces études comparent des mères lesbiennes célibataires avec des mères hétérosexuelles célibataires—en d’autres termes, des enfants dans un type de famille sans père avec des enfants dans un autre type de famille sans père.63

En quoi l’expérience à long terme des enfants élevés par des mères lesbiennes et par des pères homosexuels diffère-t-elle de celle des enfants élevés par leurs propres parents? Nous ne le savons pas encore. Mais nous savons que par rapport aux enfants dans beaucoup d’autres types de familles alternatives—parents divorcés, parents hétérosexuels jamais mariés, belles-familles et mères célibataires—les enfants élevés par leurs propres mères et pères mariés, dans une famille avec peu de conflit, sont en général dans une situation avantageuse. 64

Semblablement, en ce qui concerne les enfants conçus à l’aide de sperme de donneur, ovule de donneur ou mère-porteuse, on n’a pas encore des données sur leur bien-être psychique à long terme. Les chercheurs devraient écouter les histoires qui commencent à se faire entendre, et étudier l’expérience de ces enfants avec soin.

Il nous reste beaucoup à apprendre. Mais les faits et l’observation attentive des vies des enfants suggèrent fortement qu’il est important pour eux qu’on reconnaisse leur besoin d’être élevé, dans les limites du possible, par leurs propres mères et pères.

Nouvelles définitions du parent—Quel avenir?

Confusion croissante concernant la signification de la paternité et de la maternité
La redéfinition du parent est en train de modifier notre culture et notre système juridique d’une manière qui ne fait qu’accroître les incertitudes quant à la signification de la paternité et de la maternité.

Ces nouvelles incertitudes sont évidentes dans des décisions, propositions et situations rapportées du monde entier. En Australie, les donneurs de sperme ont maintenant le droit de contacter leur progéniture ayant 18 ans ou plus. Mais qui sont ces hommes? Sont-ils des donneurs de sperme, ou sont-ils des pères qui ont le droit de connaître leurs enfants?

En Nouvelle-Zélande, La Commission du droit a proposé que les donneurs de sperme et d’ovules aient l’option de devenir parents légaux s’ils le désirent. Qui sont ces gens? Sont-ils des donneurs? Sont-ils des parents légaux? Si ces parents biologiques ont l’option de prendre ou de laisser des responsabilités envers des enfants, comme bon leur semble, pour quelle raison empêcherait-on d’autres parents biologiques de le faire?

La revue Washington Post Magazine a publié récemment l’histoire d’une femme qui a donné naissance à deux enfants en utilisant le sperme d’un même homme. Elle a retrouvé le donneur et a traversé le pays avec ses deux enfants, âgés de 7 et 3 ans, pour qu’ils rencontrent leur père.65 Il les a reçus chez lui pendant une semaine.

Depuis, la mère a changé à titre légal les noms des enfants (en leurs donnant comme second prénom le patronyme du donneur); elle a également nommé le donneur tuteur des enfants dans l’éventualité de son décès à elle. Elle encourage les enfants à l’appeler “papa,” sans élaborer d’autres projets d’avenir. Un nombre inconnu d’autres femmes ont conçu, elles aussi, avec le sperme de ce donneur. Pour ces deux enfants de 7 et 3 ans, cet homme est-il un père? Un donneur de sperme? Autre chose? Qui doit en décider?

L’été dernier en Angleterre, un nouveau site Web a été créé: http://www.parentsincluded.com. Le site s’adresse à des femmes lesbiennes et célibataires qui désirent donner naissance à un enfant conçu à l’aide d’un donneur, et qui veulent que les “deux parents” jouent un rôle dans la vie de l’enfant. Les donneurs de sperme potentiels désirant avoir une relation avec l’enfant conçu de cette manière sont priés de s’inscrire sur le site. Si les désires d’une femme lesbienne ou célibataire et ceux d’un donneur de sperme correspondent et qu’ils s’entendent sur la manière de participer tous les deux à la vie et l’éducation de l’enfant, le tour est joué! Ils peuvent fonder une famille désunie pour leur enfant avant même qu’il soit conçu.66 Un site semblable pour lesbiennes et homosexuels existe au Canada. Intitulé “LGBT Parent Matchmaker,” il assiste ceux qui habitent la région de Toronto et qui désirent trouver un ou plusieurs partenaires du sexe opposé avec qui ils peuvent concevoir un enfant dont ils seront les co-parents.67 Dans le même ordre d’idées, l’été dernier aux États-Unis l’annonce suivante paraissait sur un site Web d’informations de Hollywood ouest: ‘Je suis une mere célibataire qui souhaite avoir un autre enfant, mais ne désire pas utiliser du sperme de donneur anonyme. Si vous voulez être père avec des droits de visite, envoyez une photo et une letter de presentation à Kelly W…’68

Le sens même du terme “donneur de sperme” est en train de changer. Certaines perspectives créent une équivalence entre père et donneur de sperme. Dans d’autres contextes, le terme “donneur de sperme” devient une insulte que certaines femmes jettent à la tête de leurs anciens partenaires, pères de leurs enfants. Dans un article paru en Floride, une adolescente dit de son ancien petit ami dont elle porte l’enfant qu’il est “le donneur de sperme, pas un père.”69 Dans un autre article, les amies d’une femme enceinte appellent son ancien ami, père de son enfant, “un simple donneur de sperme.”70 Ce terme semble signifier que l’homme leur est indifferent (et qu’elles espèrent qu’il le sera à leurs enfants). C’est une injure percutante quirabaisse un homme, pour qui elles ont sans doute de l’affection, au niveau d’un produit biologique primaire.

Mais en termes de signification équivoque de la maternité et la paternité, le développement de loin le plus frappant, dont la portée pourrait être la plus grande—développement que l’on observe déjà dans nombreux tribunaux—est la reconnaissance croissante du statut de parent “psychologique” ou parent “de facto.” Aux États-Unis, dans au moins dix États y compris Washington, la Californie, Maine, Massachusetts, New Jersey et Wisconsin, il est possible qu’une personne sans lien biologique ou adoptif avec un enfant (ni lien marital avec le parent de l’enfant) obtienne des droits parentaux en tant que parent psychologique ou parent de facto. Afin d’établir rétrospectivement si un adulte a joué le rôle de “parent” dans la vie de l’enfant, le tribunal prend en compte le fait que l’adulte a vécu dans la famille de l’enfant, a été encouragé par les parents de ce dernier de jouer un rôle parental, a agit comme parent sans compensation financière et a passé assez de temps avec l’enfant pour qu’un lien affectif puisse s’établir entre eux.71 Beaucoup de ces procès sont intentés par un ancien partenaire qui accuse le parent actuel de l’enfant de le priver de son droit d’accès à l’enfant. Dans d’autres cas, le parent actuel de l’enfant impute à l’ancien partenaire de se dérober à ses obligations parentales et demande qu’il en soit tenu responsable.

Ces cas concernent en général des partenaires de même sexe, mais ils peuvent avoir des conséquences graves et encore inconnues pour nombreux hétérosexuels qui sont ou qui ont été les beaux-parents d’un enfant72 ou qui ont vécu avec un partenaire.

En Grand Bretagne, suite à une décision récente et très inquiétante, la garde de deux soeurs de 4 et 7 ans a été enlevée à leur mère biologique. Le tribunal a décidé que les enfants vivront avec l’ancienne partenaire de la mère, à qui on accorda la tutelle, bien qu’elle n’ait pas de lien biologique ou légal avec les enfants. La décision se fondait sur le fait que la mère avait violé un droit de visite en s’installant avec les enfants dans une autre région du pays. Un des juges impliqués dans la décision a tout de même exprimé des réservations: “Cela m’inquiète beaucoup d’enlever ces enfants de la tutelle de leur seul parent biologique connu, qui les a élevées pendant
presque toute la durée de leurs jeunes vies, et chez qui ils semblent heureux et épanouis.”73

Ceux qui sont en faveur d’accorder des droits et des responsabilités légales à des parents “psychologiques” soutiennent que ces derniers ont à coeur les intérêts de l’enfant. Ces adeptes disent que la loi ne devrait pas permettre à des parents biologiques ou adoptifs d’empêcher leur enfant d’avoir une relation avec une personne qu’il considère comme une mère ou comme un père; et qu’elle ne devrait pas non plus permettre à quelqu’un qui a joué le rôle de parent de se dérober à ces responsabilités une fois la relation des adultes terminée.

Cela exprime des intentions louables, mais l’option est malavisée, car il existe déjà une situation de loin préférable pour les enfants. Même lorsque le mariage homosexual n’est pas sanctionné par la loi, la plupart des États aux États-Unis autorisent les partenaires de même sexe d’adopter en tant que deuxièmes parents. Dans la plupart des cas qui sont entendus devant un tribunal, le deuxième “parent,” pour une raison ou pour une autre, n’a pas exercé l’option d’adopter. Le couple n’est peutêtre pas arrivé à un accord concernant l’adoption. Ou bien, le deuxième “parent” était incertain quant au degré de responsabilité qu’il voulait accepter. (Il se peut aussi que le couple habite un État qui ne permet pas ou ne facilite pas l’adoption par un deuxième parent chez les couples de même sexe; mais cela révèle la nécessité d’élargir l’accès à l’adoption par un deuxième parent, plutôt que de créer une nouvelle catégorie appelée “parent psychologique.”)

Contrairement à la manière progressive, parfois ambiguë, dont les parents font entrer de nouveaux partenaires dans la vie de leurs enfants, en allant jusqu’à leur demander d’appeler cette nouvelle personne “maman” ou “papa,” ces mêmes parents peuvent changer d’avis de manière soudaine si la relation se dégrade. C’est pourquoi un processus d’adoption clairement défini (et, dans l’intérêt de l’enfant, assez difficile) est la meilleure façon pour la loi de protéger les intérêts des enfants et leurs relations avec les deux parents dans l’éventualité qu’ils se séparent. En tant que procedure légale, l’adoption est proactive, rigoureuse et claire. L’enfant, l’autre parent de l’enfant, la communauté et l’Etat savent exactement quand l’adulte en question est ou n’est pas le parent de l’enfant. Une fois qu’un adulte devient parent adoptif, toute une gamme de lois et de normes définissent clairement son rôle dans la vie de l’enfant. Un parent adoptif ne peut pas simplement entrer et sortir de la vie de l’enfant. Son statut est permanent et vouloir s’en défaire entraîne des consequences légales et sociales qui sont claires. En général, adopter est une bien meilleure façon de protéger les enfants que de demander à un juge de décider si un adulte qui a fait partie de la vie de l’enfant remplit les conditions nécessaires pour devenir son parent légal; cela est vrai surtout quand le juge doit passer outre les objections du parent biologique ou adoptif de l’enfant.74

Dans “le meilleur des mondes” du parent redéfini, les donneurs de sperme sont, ou peut-être ne sont pas, des pères.75 Les partenaires féminines des mères, même les anciennes partenaires, peuvent être mères (ou pères!). Malgré leur lien biologique et congénital avec l’enfant, les donneuses d’ovules et les mères-porteuses ne sont pas, en général, considérées des mères, mais elles peuvent l’être.76 Les pères absents, lorsqu’ils contrarient leurs anciennes amies, peuvent se voir réduits verbalement à de simples donneurs de sperme. Mais dans la plupart des cas, contrairement aux donneurs de sperme, l’État les oblige à pourvoir aux besoins de l’enfant pour des années à venir.

Que veut dire le mot “père”? Que veut dire le mot “mère”? Qui en décide? Quelles sont les réactions des enfants à ces décisions?

Le Clonage et la procréation homosexuelle
Il n’y a pas longtemps, l’idée de clonage de reproduction suscitait l’horreur chez la plupart des gens. Mais cela n’est plus de cas.

Bien que le chercheur sud coréen en clonage Hwang Woo-suk soit maintenant discrédité, la recherche sur le clonage avance, avec un appui public croissant, dans nombreux États et pays partout dans le monde.77 Le même mois où Hwang Woosuk a fait l’annonce, maintenant suspecte, qu’il avait créé 11 nouvelles lignes de cellules souches dérivées d’embryons humains, une équipe de scientifiques de l’Université de Newcastle en Grande Bretagne a annoncé qu’elle avait créé des embryons humains clonés, dont un s’était développé dans le laboratoire pendant cinq jours. Alors que l’exploit sud-coréen a fait les grands titres des journaux du monde entier, une semaine plus tard la nouvelle britannique n’a presque pas fait de remous. Cloner des embryons était déjà une nouvelle périmée.

Ces chercheurs effectuent ce qui s’appelle du clonage “thérapeutique,” ce qui signifie que les cellules sont prélevées d’embryons clonés encore viables. Bon nombre de pays ont interdit le clonage pour des fins de procréation, mais autorisent divers degrés de clonage thérapeutique. Pourtant, la seule différence entre le clonage thérapeutique et reproductif est que dans le cas de ce-dernier, l’embryon cloné est implanté dans l’utérus d’une femme.78 La technique d’implantation—fertilisation in vitro—est de plus en plus utilisée depuis 1978.

Quelqu’un a-t-il déjà implanté un embryon cloné dans l’utérus d’une femme? Un groupe de marginaux portant le nom de Raéliens prétend l’avoir fait, mais les rapports n’ont pas été confirmés. À ce jour, aucun scientifique réputé n’a annoncé un tel exploit. Mais pour combien de temps encore?

Un article étonnant publié dans le journal britannique Guardian portait le titre “Technique offre de l’espoir aux couples sans enfants.” La technique en question est le clonage reproductif. Les experts cités, qui ont participé à une conférence qui mettait de l’avant cette possibilité, sont des scientifiques des plus estimables. Le professeur Robert Edwards, qui fut le premier à concevoir la fécondation in vitro, et qui créa le premier bébé “éprouvette,” Louise Brown, en 1978, déclara que “le clonage reproductif devrait être proposé aux patients qui n’ont pas obtenu des résultats avec les autres formes de traitement.” Par exemple, le clonage “serait utile aux gens qui ne peuvent pas produire leurs propres ovules ou sperme.”79

À la même conférence, James Watson—oui, le James Watson qui a découvert, avec Francis Crick, la structure de l’ADN—soutenait que “le clonage n’est pas une mauvaise chose en soi.” Il ajoutait, “Je suis pour tout ce qui peut améliorer la qualité de vie d’une famille.”

Les critiques soulignent que le clonage chez les animaux a donné lieu à nombreux cas d’animaux mort-nés, nés avec des anomalies, ou qui sont morts peu de temps après la naissance, avant qu’on produise un animal vivant et paraissant en bonne santé (bien que même parmi ces derniers, certains ont développé de graves problèmes de santé par la suite). Le professeur Edwards rassure ces critiques en disant que le dépistage génétique des embryons éliminera ces problèmes. Plaçant une énorme confiance en l’aptitude de la science médicale à détecter tout problème de l’embryon—et acceptant avec désinvolture que les embryons défectueux seront éliminés— il a affirmé que “très bientôt” “on n’implantera que des embryons sains au cours de la procréation assistée.” La “naissance d’un enfant ayant des anomalies congénitales après une thérapie visant à stimuler la fécondité” sera “une chose du passé.”

Il terminait son discours en affirmant, “Si nous baissons les bras et déclarons que c’est impossible, nous abandonnons nos patients.”80

L’utilisation potentielle des techniques de clonage dans le cadre de la procreation assistée n’est qu’un exemple de la manière dont la recherche sur les cellules souches se rapproche de l’industrie de la fécondation. Un autre exemple est lié au problème que représente pour les chercheurs de ce domaine le manque constant d’ovules humaines nécessaires à leur travail. Les ovules ne peuvent être prélevées qu’en soumettant les femmes à des régimes risqués de médicaments et de chirurgie.81 Les scientifiques britanniques qui ont cloné récemment un embryon humain, annonçaient une semaine plus tard la mise sur pied d’un projet dans le cadre duquel on demanderait aux femmes recevant une thérapie de procréation assistée de donner leurs ovules surnuméraires à la recherche sur les cellules souches. La proposition a été approuvée par le comité d’éthique de l’université, et elle a été soumise à l’autorité britannique de réglementation de la fécondation. Cela pourrait mener à la situation où le médecin d’une femme, celui même en qui elle place sa confiance au cours de ses longs efforts (des années dans certains cas) à devenir enceinte, lui demande de contribuer ses ovules surnuméraires à des expériences sur le clonage.82

Et ce n’est pas le pire.

Des scientifiques à la fine pointe de la technologie portent maintenant un grand intérêt à la création de sperme et d’ovules artificiels qu’ils comptent unir par des moyens insolites afin de créer des embryons humains destinés à être implantés dans l’uterus.

L’été dernier, des chercheurs de l’Université Sheffield en Grande Bretagne ont annoncé qu’il leur est possible de produire des cellules immatures pouvant se transformer en ovules et spermatozoïdes. La réussite de leur projet voudrait dire, par exemple, qu’un homme célibataire pourrait fournir et les ovules et le sperme à utiliser dans une thérapie de procréation assistée; ou que des couples de même sexe n’auront plus besoin de recourir aux donneurs de sperme et d’ovules—car ils seront tous deux les parents génétiques de leurs enfants.83

Les gros titres des journaux du monde entier commentères les implications de cette annonce: “Les conséquences de ce travail pourraient mener à la possibilité pour les couples homosexuels ou pour des hommes célibataires d’avoir leurs propres enfants,” écrivait le Guardian.84 “La technique rendrait possible aux couples homosexuels d’avoir des enfants biologiques,” disait le New Zealand Herald.85 Un article concernant la recherche à l’Université Sheffield et des recherches semblables menées à l’Université Monash en Australie portait le titre: “Éliminer les donneurs.”86

Un article provenant de Copenhagen et diffusé sur un site américain de soutien aux parents homosexuels (hommes et femmes) annoncait: “Recherche sur les cellules souches offre de l’espoir aux couples homosexuels.” L’article déclarait que cette recherche est “une nouvelle gigantesque pour la communauté homosexuelle et lesbienne.”87

En même temps, l’automne dernier une équipe à Edinburgh a annoncé qu’elle avait provoqué la division d’un oeuf de sorte à créer le premier embryon humain sans père génétique.88 La même semaine, les scientifiques britanniques de l’Université Newcastle ont obtenu l’autorisation de créer un embryon humain ayant trois parents génétiques.89

Encore et encore, les annonces répétées de progrès importants mettent l’accent sur l’importance, urgente et fondamentale, d’assister les adultes qui désirent avoir des enfants. Rarement, on cite quelques experts chargés de questions d’éthique, qui expriment des inquiétudes liées aux risques de santé. Mais presque personne ne pose les questions les plus essentielles: celles qui concernent les effets physiques et affectifs à long terme que subiraient des enfants créés de cette manière; et les effets pour une société qui perçoit la vie humaine comme juste bonne à faire l’objet d’expériences de laboratoire qui profiteront à d’autres. Pour ne rien dire des consequences plus globales pour les enfants et la société du fait de voir le rôle de parent, de plus en plus, comme un moyen de satisfaire les désirs des adultes—en demandant à l’État d’intercéder pour définir et gérer ce rôle.90

Mariage en groupe: Polyamorie et polygamie
Quelque soit l’opinion qu’on a concernant la légalisation du mariage homosexuel, et malgré le fait que la plupart de ses adeptes expriment haut et fort leur disapprobation du mariage en groupe, des événements récents ont montré clairement que les réussites du mouvement pour le mariage homosexuel ont encourage d’autres groupes de se servir du langage des droits civils pour modifier le sens actuel du mariage et du rôle parental, selon lequel il s’agit d’union entre deux personnes.91

Deux de ces groupes sont particulièrement étonnants.92

Les adeptes de la polyamorie sont peut-être les acteurs les plus récents dans ce type de mouvement. La polyamorie (plusieurs amants) est différente de la polygamie (plusieurs mariages). La polyamorie concerne la relation de trois personnes ou plus, dont deux pourraient être mariés l’un à l’autre. Ceux qui pratiquent ce style de vie se considèrent hétérosexuels, homosexuels, bisexuels ou tout simplement “multi,” alors que les polygames sont en général hétérosexuels. Ceux qui adoptent la polyamorie se disent différents des “swingers” des années 1970, précisant que leurs relations mettent l’accent sur la communication ouverte, de sorte qu’ils pratiquent une “polyfidélité éthique.”

Ce type de relation existe dupuis longtemps, mais leurs adepts cherchent maintenant une visibilité accrue et de l’acceptation. Les journaux en parlent souvent. Un article récent dans le Chicago Sun-Times annonçait que la “Heartland Polyamory Conference” aura lieu cet été en Indiana (une conférence semblable du “Midwest” a eu lieu il y a deux ans près de Wisconsin Dells).93 Le mois passé, un article du Chicago Tribune racontait l’histoire de John et Sue, couple marié, et de Fred, Peggy et Bill qui partagent leur lit. Le journaliste les appelait “un groupe très dynamique.”94

Les journaux alternatifs publient des articles sur ce style de vie régulièrement; on peut en lire dans le Village Voice et le Southern Voice et, de plus en plus, dans les journaux des campus universitaires.

Mais la polyamorie n’est pas appuyée uniquement par des milieux marginaux. Le sujet fait son apparition parmi les questions d’actualité dans le domaine du droit de la famille et du plaidoyer pour la famille. Dans un rapport récent sur le droit de la famille, le professeur Dan Cere de l’Université McGill cite des exemples, dont celui d’un professeur de la Faculté de Droit de Chicago, Elizabeth Emens, qui a publié l’année dernière, dans une revue juridique de l’Université de New York, un argument légal en faveur de la polyamorie; un rapport majeur, “Beyond Conjugality”, publié par l’influante Commission du droit du Canada soulève la question: Les relations légalement reconnues devraient-elles “se limiter à deux personnes?” Dans l’ouvrage “An Introduction to Family Law,” publié par les presses de l’Université Oxford, un professeur de droit britannique commente sur un ton désapprobateur: “L’horreur qu’inspire la bigamie semble prendre ses racines dans l’image traditionnelle du mariage comme lieu exclusif d’une relation sexuelle, et dans le refus d’envisager une telle relation entre partenaires multiples.”95, 96

En même temps, le Projet Alternatives au Mariage, dont les principaux porte-parole s’expriment souvent dans des émissions d’information diffusées par de grandes chaînes de radio et télévision, fait connaître la cohabitation et le mariage homosexuel, y compris la polyamorie, sujet “choque” dans la gamme des alternatives qu’il défend.97 Parmi les organisations affiliées à des institutions religieuses, les Universalistes unitariens pour la conscientisation à la polyamorie espèrent être les premiers à reconnaître et donner leur bénédiction à ces relations.98

Les adeptes de la polyamorie imitent sciemment le langage de ceux qui appuient les lesbiennes, les homosexuels et les bisexuels. Ils se plaignent de devoir garder leurs amours multiples “dans le placard.” Ils disent qu’ils doivent cacher leur style de vie de crainte qu’ils puissent perdre leurs emplois ou la garde légale de leurs enfants, et que révéler leur vraie nature polygame serait “sortir du placard.” Que cette nature, ils n’y peuvent rien.

Les enfants peuvent compliquer les choses. Les sites Internet pour les praticiens de la polyamorie consacrent beaucoup d’espace aux défis auxquels sont confrontés les parents polyamoureux.

Sur le site Livejournal.com, une mère explique: “La polyamorie, c’est ce que mes enfants connaissent. Ils savent que certains enfants on deux parents, d’autres trios ou plus. Il se trouve qu’eux, ils en ont quatre. À vrai dire, la polyamorie n’affecte presque pas les enfants, à moins que vous soyez si préoccupés par vos nouvelles amours que cela vous fasse négliger vos enfants.’99

Sur le même site, une mère ayant plus d’expérience donne des conseilles à une jeune femme enceinte qui ne sait pas comment elle va gérer le bébé et son style de vie polyamoureux: “tre mère… et vivre en polyamorie n’est pas de la torte, mais ça peut se faire. Cela veut dire que parfois vous emenez le bébé avec vous quand vous rendez visite à votre “autre parentaire,” ou que celui-ci passe plus de temps chez vous, avez votre mari et le bébé. Parfois, il y aura des imprévus et vous allez devoir annuler vos projets à la toute dernière minute parce que le bébé est malade… Tous les adultes dans la situation doivent se montrer très patients, mais ça peut se faire. Les premiers six mois sont difficiles.” (italiques de la personne citée)100

Une autre femme est offusquée par le fait que sa meilleure amie n’appuie pas la relation polyamoureuse qu’elle entretient avec un couple dont la fille a six ans. Elle écrit, “Peu importe que cette enfant soit heureuse et contente, selon mon amie, ses parents et moi sommes en train de lui infliger un traumatisme grave parce que nous ne lui cachons pas tout à fait notre relation.” Elle continue en soupirant, “Parfois, des gens intelligents, gentils et raisonnables qui vous connaissent bien peuvent quand même avoir des attitude irrationnelles et des préjugés.”101

Un autre site pour les adeptes de la polyamorie diffuse la plainte suivante: “Un des défis auxquels sont confrontées les familles pratiquant la polyamorie est le manque d’exemples de ce type de relation dans la litérature et les médias.”102 Un site offre une revue pour enfants, “PolyKidsZine.” La revue “appuie les principes et la mission de la Société de polyamorie.” Elle contient “des jeux, des divertissements, des histoires exaltantes à propos de l’éthique des familles vivant en polyamorie.” La collection de livres comprend des titres comme “Le Pouvoir magique des nombreux parents de Marc” et “Les Deux mamans et trois papas de Heather.”103

Personne ne peut prévoir l’avenir de la polyamorie. Mais ce que l’on sait, c’est qu’il y a un autre phénomène qui constitue une attaque culturelle du mariage en tant qu’union de deux personnes: la résurgence de la polygamie.

Ce printemps, une nouvelle série télévisée, Big Love, sur la chaîne HBO, présente une famille imaginaire plutôt sympathique et polygame, vivant dans l’État de Utah. Cette émission a propulsé la polygamie à la une des journaux, et a ravivé le débat sur la légalisation de la polygamie dans les médias, et pas n’importe lesquels! Un article dans le numéro de mars de Newsweek, intitulé “Polygames, unissons-nous!” cite un adepte qui affirme: “La polygamie est la prochaine lutte pour des droits civils.” Il poursuit son argument en disant: “Si un enfant peut avoir deux mères, pourquoi pas deux mères et un père?”104 À la fin de la même semaine, les hôtes de l’émission Today, Lester Holt et Campbell Brown, reçurent une famille polygame et menèrent avec elle un entretien chaleureux.

Au cours du même mois, le New York Times porta une attention particulière à la polygamie. Un article rapportait les réactions de quelques femmes polygames au premier épisode de Big Love. Selon elles, “[La polygamie] peut être un style de vie alternatif viable entre adultes consentants.”105 Dans un autre article de journal, un économiste plaisantait en disant que la polygamie est illégale surtout parce que les législateurs ont peur que dans un tel système ils n’arrivent pas à se trouver des épouses.106 Ailleurs, le journaliste John Tierney présente l’argument que “la polygamie n’est pas pire que l’actuelle alternative américaine, la monogamie en série.” Il ajoute: “…si le meilleur argument qu’on peut trouver contre le mariage homosexual est qu’il pourrait entraîner la légalisation de la polygamie, que la noce commence!”107 Et pour que rien ne manque, la couverture du numéro du 19 juin, 2006 de la revue New Yorker arborait l’image de trois mariées souriantes et un marié sur le point de départ dans une décapotable portant l’inscription “just married”.

L’émission Big Love n’est pas le seul lieu où on met en valeur la polygamie. L’hiver dernier beaucoup de Canadiens ont été outrés lorsque deux études gouvernementales émises par le Ministère de la Justice ont recommandé que la polygamie soit légalisée; un des rapports affirmait que cette mesure est justifiée par le besoin d’attirer plus d’immigrants musulmans qualifiés.

Stanley Kurtz—dont la rubrique a souvent analysé ces développements—disait dans une enquête récente que nombreux juristes aux États-Unis veulent décriminaliser la polygamie. L’article de Jonathon Turley, professeur de droit à l’Université George Washington, en faveur de la polygamie, publié dans USA Today, a été très remarqué; Il n’est qu’un seul parmi beaucoup d’autres. Selon Kurtz, aujourd’hui un grand nombre de juristes experts avances l’argument que “les abus de la polygamie abondent dans l’isolation, la honte et le secret dus à la criminalisation.”108 Ce n’est pas la polygamie qui est le problème, mais seulement la “mauvaise” polygamie. Mais pourquoi une société voudrait-elle accorder la reconnaissance légale aux unions polyamoureuses ou polygames? Une justification possible pourrait être liée à la possibilité de reconnaître comme troisièmes parents les donneurs de sperme et d’ovules pour la conception d’un bébé, comme l’ont proposé l’année dernière la Commission de droit de la Nouvelle Zélande et la Commission de réforme légale de Victoria. Au Canada, on a déjà soumis aux tribunaux la demande de reconnaître trois parents légaux. Dans un cas concernant un couple de lesbiennes qui voulait que le père biologique soit reconnu comme troisième parent, le juge a écrit qu’il aurait voulu accepter la requête si la loi en vigueur ne l’en avait pas empêché.

Lorsqu’on reconnaîtra trois parents légaux ou plus à certains enfants—si jamais cela se fait, l’argument pour reconnaître certaines formes de mariage en groupe est prévisible: “Pourquoi devrait-on nier aux enfants avec trois parents les mêmes protections sociales et légales qu’on accorde aux enfants ayant deux parents?”

Si jamais cela devenait réalité, les enfants seront à plaindre. Nous voyons déjà les repercussions sur la vie des enfants lorsque deux parents se séparent et sont en disaccord quant aux intérêts des enfants. Qu’est-ce que ça serait si trois adultes ou plus ayant des droits par rapport à l’enfant mettaient fin à leur relation? À l’avenir, entre combien de résidences demandera-t-on à un enfant de voyager et de diviser son temps afin de satisfaire les besoins parentaux de ces nombreux adultes? Trois, quatre, plus?

Mais jusqu’au jour où la procréation unisexuelle ou la procréation à trois deviant réalité, les enfants seront le fruit de l’union entre un homme et une femme. Comme dit Sylvianne Agacinski, philosophe française féministe, tous les enfants auront toujours une “origine double”109 : celle de la mère et celle du père, origine que nous ne pouvons pas nier et que les enfants ne peuvent certainement pas ignorer, car ils la voient chaque fois qu’ils se regardent dans le miroir. Lorsque nous changeons l’aspect mère-père du mariage, ou la définition se rapportant à deux personnes, nous changeons également la signification du rôle parental d’une manière qui produira des changements significatifs dans la vie et l’avenir des enfants.

Conclusion
EN CE MOMENT, presque sans débat public, la relation la plus fondamentale pour la survie même des enfants—celle avec leurs parents—est en train d’être transformée de manière radicale par de nouvelles lois, projets de loi et pratiques influençant le mariage, la reproduction et la vie de famille, tandis que l’Etat joue un rôle de plus en plus actif dans la définition de la fonction parentale s’appliquant à de plus en plus de catégories d’enfants.

Etant donné que certaines décisions soient déjà prises, les mesures que devraient prendre l’Etat et les dirigeants sociaux dans un proche avenir ne sont pas claires.

Par exemple, certains pays ont décidé d’interdire le don anonyme de sperme et d’ovules. Cela semble être une mesure positive du point de vue des enfants— puisqu’on peut affirmer, preuves à l’appui, que les enfants ont besoin et ont le droit de connaître leurs origines. Mais accepter l’idée que les enfants conçus à l’aide de donneurs ont le droit de connaître leurs origines, c’est accepter qu’ils puissent avoir une relation avec le donneur (et non seulement un dossier contenant des informations), et même que le donneur puisse obtenir un statut parental légal, comme en Nouvelle-Zélande et en Australie, où des commissions ont proposé d’offrir aux donneurs l’option de devenir le troisième parent légal de l’enfant.

Quel sera l’avenir des enfants ayant trois parents légaux ou plus? Nous n’en savons rien.

En Grande Bretagne, où une nouvelle loi a interdit le don anonyme, le nombre d’hommes prêts à donner du sperme a chuté de manière significative. Par conséquent, les services de santé de l’Etat ont mené une campagne énergique pour recruter des donneurs de sperme et d’ovules, mesure qui non seulement permettait la conception voulue d’enfants qui ne connaîtront pas, et ne seront pas élevés par leurs parents biologiques, mais qui encourageait cet état de choses de manière active.

En même temps, les couples britanniques qui désirent concevoir ont une raison de plus d’aller à l’étranger, dans des pays ou des régions avec moins de règlements— comme l’Espagne, l’Inde, l’Europe de l’Est ou ailleurs—pour se procurer du sperme et des ovules, ou des mères-porteuses, rendant encore plus improbable la possibilité que l’enfant puisse retracer ses origines ou bâtir une relation avec un donneur lointain (et parfois très pauvre) quelque part à l’étranger.

Encore une fois, quelles seront les conséquences pour les enfants? En ce moment, nous ne pouvons pas le savoir. Mais nous avons déjà des raisons sérieuses de nous en inquiéter.

C’est pour toutes ces raisons que ce rapport n’offre pas, en conclusion, la liste habituelle de recommandations spécifiques. Au lieu de quoi, le rapport lance un appel.

Une chose est claire: Quand une société change le mariage, elle change la signification du rôle parental. La transformation révolutionnaire du divorce et la croissance du nombre de femmes élevant seules des enfants ont affaibli les relations des pères avec leurs enfants et ont introduit une multiplicité d’acteurs parfois appelés “parents.”

L’emploi de techniques de procréation assistée par des couples mariés hétérosexuels— et plus tard par des célibataires et des couples de même sexe—a engendré des incertitudes supplémentaires quant à la signification de la maternité et la paternité, et a laissé les enfants face à des pertes insoupçonnées par les adultes.

La légalisation du mariage homosexuel, vue par certains comme un changement mineur n’affectant qu’un petit nombre de gens, introduit la possibilité alarmante de séparer l’institution légale de mariage de tous liens biologiques entre parents et enfants. Entre temps, les réussites obtenues par les adeptes du mariage homosexual ont encouragé d’autres groupes qui désirent abolir la configuration deux-personnes du mariage et de l’unité parentale.

Nous en sommes là. Dans le domaine juridique et dans la culture, le modèle constitué par deux parents naturels perd du terrain et se voit remplacé par l’idée que les enfants vont bien lorsqu’ils sont confiés à un ou plusieurs des adultes nommés parents, du moment que ces parents sont gentils avec eux. Ce changement, qui prend de plus en plus d’ampleur, est encouragé par des adeptes qui se dissent experts dans quelques domaines spécifiques. Mais on peut arrêter cette tendance.

Ceux d’entre nous qui se sentent concernés peuvent et doivent entamer et mener une discussion à propos des vies des enfants et de l’avenir du rôle parental.

Un principe fondateur de cette discussion pourrait être le suivant: Lorsqu’il y a conflit entre les droits des adultes et les besoins des enfants, il faut donner precedence aux intérêts de la partie la plus vulnérable—dans ce cas, les enfants.110 De nombreuses preuves existent pour appuyer l’idée qu’en général un enfant se porte le mieux lorsqu’il est élevé par sa propre mère et son propre père, qui sont maries ensemble. L’adoption reste, bien entendu, une alternative utile en faveur de l’enfant. Quant aux nouveaux types de familles qui deviennent visibles, comme celles où les parents sont des homosexuels ou des lesbiennes, ou celles où les enfants ont été conçus à l’aide de sperme ou d’ovules de donneurs, ou par l’intermédiaire de mèresporteuses, il nous reste à apprendre qu’elles seront les expériences subjectives à long terme de ces enfants.

Afin de donner le temps à cette discussion et à des recherches supplémentaires, ce rapport demande un moratoire, une pause. Avant qu’on comprenne mieux et qu’on puisse déterminer les priorités concernant les besoins des enfants, les législateurs, tribunaux et commissions ne doivent pas ratifier des recommandations ou changements qui subvertissent l’importance normative des mères et des pères dans la vie des enfants, et ne doivent pas appuyer la pratique de refuser sciemment aux enfants à naître la possibilité de connaître et d’avoir une relation avec leur propre mère ou père.

Ils doivent plutôt concentrer leurs efforts sur un questionnement et un débat actifs concernant les besoins des enfants et le rôle des pères et des mères dans leurs vies. Le bien-être des enfants partout dans le monde nous oblige à agir—non pas plus tard, mais maintenant. Au nom de ces enfants, ceux qui sont nés et ceux qui naîtront, nous devons ouvrir un débat parfois dérangeant concernant le bien-être des enfants nés à une époque où on est en train de redéfinir très vite le rôle du père et de la mère. Mais rien n’est inévitable si on agit maintenant.

Notes
1. Les concepts clés sur la fragmentation du rôle parental sont tirés du rapport de Dan Cere, Principal Investigator, The Future of Family Law: Law and the Marriage Crisis in North America, (New York: Institute for American Values, 2005), section sur la filiation.
2. Le projet de loi C-38 a légalisé le mariage homosexuel au Canada. Le mariage homosexual était déjà légal dans sept provinces et un territoire, y compris l’Ontario, la Colombie Britannique et le Québec.
3. Rapporté sous le titre “Actes de naissance espagnols tiennent compte des couples homosexuels,” sur le site Advocate.com, le 8 mars 2006. On y cite un article du journal The Daily Telegraph de Londres. Pour une plus ample discussion, voir George Weigel, “Europe’s Two Culture Wars,” Commentary, mai 2006. Weigel écrit, “… Cette année [en Espagne]…le gouvernement de Zapatero, qui a déjà légalisé le mariage des couples homosexuels et l’adoption par des partenaires de même sexe, et qui a essayé de limiter l’éducation religieuse dans les écoles espagnoles, a annoncé que les mots ‘mère’ et ‘père’ ne figureront plus sur les actes de naissance en Espagne. Selon le bulletin officiel du gouvernement, ‘le terme ‘père’ sera remplacé par ‘progéniteur A’ et ‘mère’ par ‘progéniteur B.” Le directeur du Bureau de l’état civil a expliqué au journal ABC de Madrid que grâce à ce changement le certificat de naissance reflétera la législation espagnole portant sur le mariage et l’adoption. De manière plus percutante, le commentateur irlandais David Quinn perçoit les nouvelles réglementations comme ‘le retrait de la reconnaissance par l’État du rôle des mères et des pères, et l’extinction de la biologie et de la nature.’”
4. Commission de droit de la Nouvelle-Zélande, rapport 88, “New Issues in Legal Parenthood” (avril 2005, Wellington, Nouvelle-Zélande).
5. Commission de réforme juridique de Victoria (Australie), rapport sur les techniques de procreation assistée (avril 2005, Melbourne, Australie), Section 2.35. L’argument soutient que la conception planifiée d’enfants sans relation avec leurs propres mères ou pères contribuerait à ce que les enfants qui ne vivent pas avec leurs mères ou pères se sentent moins stigmatisés.
6. “Rapport de la commission sur la procréation assistée (Irlande),” avril 2005.
7. Christine O’Rourke, citée dans “Reproduction report ‘too radical for legalisation,’” dans The Sunday Times—Ireland, 15 mai 2005, édition en ligne.
8. “ICMR guidelines go a long way in curbing exploitation,” NewIndPress.com 21 juin 2005; c’est nous qui soulignons.
9. Maintes articles ont rapporté que l’interdiction du don anonyme a causé une diminution dramatique du nombre d’hommes prêts à devenir des donneurs en Grande Bretagne. Mais tout récemment l’agence de réglementation des cliniques de fertilité en Grande Bretagne—la Human Fertilisation and Embryology Authority—a nié ces déclarations, disant qu’il s’agissait d’un “myth,” et affirmant que le problème consiste en une “disponibilité inégale” de sperme “à travers le pays.” Voir “Sperm donor law not a deterent,” BBC News, 8 juin 2006, édition en ligne. N’empêche que l’impression, vraie ou fausse, qui persiste est qu’il est très difficile d’obtenir du sperme de donneur en Grande Bretagne, et extrêmement difficile d’obtenir des ovules.
10. Voir “Sperm donor campaign launched,” DeHavilland, National News, 26 janvier 2005; “Every sperm donor recruited costs public £6,250, say critics,” [“Chaque donneur de sperme recruté coûte les contribuables £6,250, selon les critiques”] News Telegraph, Charlotte McDonald-Gibson, 3 juillet 2005, édition en ligne. Aux États-Unis, la cryobanque de la Californie pratique l’identité ouverte des donneurs de sperme depuis 2 décennies. Quelques unes des plus grandes banques de sperme aux États- Unis commencent à proposer cette option. Voir “Sperm donation process moving toward more openness in identifying fathers,” Pittsburgh Post Gazette, par Virginia Linn, 24 août 2005, édition en ligne.
11. Des pressions s’exercent maintenant sur l’État pour que des impôts soient prélevés sur ce commerce lucratif. “Taxman has eye on sperm,” The Copenhagen Post, 3 juin 2005; article n’est pas disponible en ligne. Voir aussi, “Danish tax may drain world’s top sperm bank,” China View, 27 mai 2005. La couverture par les médias de nouvelles se rapportant aux cryobanques a produit une quantité d’histoires concernant des “bébés Viking” blonds, aux yeux bleus, nés partout dans le monde.
12. “Insemination rights for lesbians,” News.com.au via Reuters, 2 juin 2006.
13. Than Nien News, “Doctors call for community sperm donation in Vietnam,” 15 août 2005; article par Thanh Tung, traduit par Minh Phat.
14. Les praticiens médicaux avaient l’habitude de conseiller aux patients recevant des therapies de fécondité (presque toujours des couples hétérosexuels) de garder secret leur recours au sperme de donneurs, pour leur protection ainsi que pour celle de l’enfant. En ce moment, la tendance encourage les parents à être honnêtes avec leurs enfants, mais beaucoup de parents hésitent à le faire, surtout lorsqu’il y a un père légitime dans la famille.
15. “Pressure on Sperm Donor Laws,” The Age, par Carol Nader, 1 juin 2005, édition en ligne; “Ad campaign planned for sperm donor kids,” Tanya Giles, 2 juin 2005, Herald Sun, édition en ligne; voir aussi “Revisiting a law that was ahead of its time,” The Age, 6 juin 2005, éditorial affirmant que “en 1995 il y avait environ 10 000 enfants à Victoria nés à l’aide de sperme ou d’ovules de donneurs.” L’auteur ajoute que les droits des enfants à connaître leurs origines génétiques prévalent sur les droits des parents de ne pas leur révéler cette information. Une discussion plus détaillée de la campagne de publicité visant $100 000 est présentée par Carol Nader dans “Bid to ease trauma as donors seek children,” The Age, 27 janvier 2006, édition en ligne.
16. Bob Egelko, “State Supreme Court upholds rights, responsibilities of same-sex parents,” San Francisco Chronicle, 22 août 2005, édition en ligne; Adam Liptak, “California Ruling Expands Same- Sex Parental Rights,” New York Times, 23 août 2005, édition en ligne; David Kravets, “California Court Protects Kids of Gay Couples,” Associated Press, 23 août 2005.
17. La revue Time a fait le commentaire suivant quand la Cour Suprême a refusé d’entendre un cas de l’État de Washington où le statut parental de facto avait été accordé à l’ancienne partenaire de la mère: “Alors que nous surveillons de près comment les droits des homosexuels sont accordés ou refusés, nous faisons très peu attention au fait que les beaux-parents se trouvent dans le meme marasme légal. Bien que les relations avec des partenaires de la mère ou du père soient omniprésentes, la loi les reconnaît rarement. Dans la plupart des États, les beaux-parents sont considérés des “étrangers légaux,” même s’ils se sont occupés d’un enfant et pourvu à ses besoins pendant des années. Ces personnes n’ont aucune responsabilité officielle et presque pas de droits.” Les décisions des tribunaux relatives aux parents hétérosexuels de facto se dérouleront sans doute de manière imprévue. Po Bronson, “Are Stepparents Real Parents?” Time Magazine, 17 mai 2006, édition en ligne.
18. Une décision subséquente refusait à la donneuse d’ovules toute relation avec l’enfant. La mèreporteuse obtint plus tard la charge des triplets; une décision récente exigeait qu’elle rembourse le père biologique les honoraires qu’il lui avait versés pour ses services, ainsi que la pension alimentaire. La mère-porteuse avait pris les bébés chez elle contre le désir du père biologique qui, selon elle, n’était pas venu visiter les enfants à l’hôpital, avec sa partenaire, pendant six jours après leur naissance. “Surrogate Mom Must Repay Biological Father,” AP, 16 mars 2006.
19. Un procès semblable, où une mere demande que le père, donneur de sperme connu d’elle, pourvoit aux besoins de jumeaux de deux ans, a été intenté dans la region de Chicago. Comme dans le cas de Pennsylvanie, la mère et le père biologique avait fait une entente entre eux concernant le don de sperme. À ma connaissance, aux États-Unis, les hommes qui font don de sperme dans les cliniques n’ont pas été passibles de payer des pensions alimentaires.
20. Lawrence Kalikow, cité dans “PA Legislators Ponder Laws for Egg, Sperm Donors,” dans Pittsburgh Tribune-Review, 5 juin 2005, édition en ligne.
21. Loi HB102 en Ohio. En Nouvelle Zélande, un article du New Zealand Herald intitulé “New hope for childless couples,” rapporte que “un changement significatif de perspective sociale permet que les embryons qui restent lorsque la fertilisation in vitro a réussi pour un couple soient utilisés par d’autres couples qui essayent de procréer.” New Zealand Herald, par Stuart Dye, 8 septembre 2005, édition en ligne.
22. Le gouverneur Mitt Romney s’est opposé à cette mesure et a demandé aux hôpitaux, lorsque cette situation se présente, de rayer le mot “mère” ou “père” et de le remplacer par “deuxième parent.” Il a précisé: “De toute manière, chaque enfant a une mère et un père. Ils ont le droit de savoir qui ils sont…” Voir “Massachusetts debates birth certificates for babies of same sex couples,” Fox News.com, 27 juillet 2005.
23. Une version atténuée de la même attitude est illustrée par une ville en Australie qui, à l’aide de fonds régionaux et fédéraux, a diffuse une brochure intitulée “We’re Here” [“Nous sommes ici”] à plus de 2000 garderies, afin d’encourager le personnel à surmonter la homophobie. La brochure recommandait l’utilisation des termes “Partenaire A” et “Partenaire B” sur les formulaires, au lieu de “mère” et “père.” Herald Sun, 5 août 2005, par Susie O’Brien.
24. Un article récent concernant cette politique a paru en première page du journal Montreal Gazette le 1 juin 2005.
25. Le juge Paul Rivard de la Cour Suprême, cité dans l’article “Court rules lesbians can be comothers; Ontario gives 12 months to change law,” par Tracey Tyler, Toronto Star, 7 juin 2006.
26. En ce qui concerne l’adoption, la décision de révéler ou non l’identité de la mère de naissance est sujette à contreverse, en partie par crainte que la perte d’anonymité influencera les femmes à interrompre la grossesse.
27. Larry Fischer-Hertz, “Ulster gay couple wins legal battle; son’s birth certificate is changed,” Poughkeepsie Journal, 19 janvier 2006. L’enfant a été adopté en Virginie.
28. Voir “Emmett has two mommies: the next gay rights battle heads to court,” Portland Mercury News, 9 avril 2006, édition en ligne.
29. Assemblée Nationale de France, “Rapport parlementaire sur la famille et les droits des enfants,” 26 janvier 2006.
30. La Finlande offre également une certaine résistance à la redéfinition du parent. Un article paru dans ce pays rapporte qu’il y a “débat intense” autour d’un projet de loi qui soumettrait les therapies de fécondité à une réglementation. À la tête de ceux qui sont contre le projet de loi se trouvent les Chrétiens Démocrates, qui forment l’opposition, et surtout Paivi Rasanen, présidente du parti. Elle soumet, comme son principal argument, que d’être sans père pour un enfant est pire que d’être sans enfants pour un adulte; par conséquent, le droit de l’enfant à un père doit avoir priorité sur tous autres droits dans ce domaine. Tiré de “Opinions deeply polarized in parliamentary debate on fertility treatment bill,” Helsingin Sanomat, 24 février 2006, édition en ligne. La Chine interdit, elle aussi, la vente de sperme et d’ovules, et a déclaré récemment que ceux qui tirent profit des services de mèresporteuses seront punis. Bien entendu, la réglmentation de la procréation en Chine, et surtout l’application coercitive de la politique de l’enfant unique, donnent lieu à d’autres objections.
31. Voir http://www.unicef.ort/crc/. Les débats au moment de la ratification montrent clairement que pour les signataires du traité le mot “parents” signifie la propre mère et propre père de l’enfant.
32. Elizabeth Marquardt, Between Two Worlds: The Inner Lives of Children of Divorce (New York: Crown Publishers, sept. 2005); Judith Wallerstein, Julia Lewis et Sandra Blakeslee, The Unexpected Legacy of Divorce: A 25-Year Landmar.k Study (New York: Hyperion, 2000).
33. Les personnes conçues à l’aide de donneurs disent que ce type de conception est très différente de l’adoption. Les enfants adoptés savent que leurs parents biologiques, pour une raison ou pour une autre, n’ont pas pu les élever. Savoir cela peut être douloureux. En même temps, ils savant que les parents qui les élèvent sont aussi ceux qui, avant la conception, ont décidé, intentionellement, de les priver d’une relation avec au moins un de leurs parents biologiques. La douleur qu’ils pourraient ressentir n’est pas causée par un parent biologique inconnu qui les a abandonnés, mais par le parent qui les élève et s’occupe d’eux tous les jours. Savoir cela crée un conflit entre la loyauté et l’amour qu’ils ont pour les parents qui les élèvent et la quête d’identité qui survient à l’adolescence. Lorsque les jeunes gens conçus à l’aide de donneurs demandent: “Qui suis-je? Quelles sont mes origines? Pourquoi suis-je ici?” ils confrontent souvent une multitude d’incertitudes que notre culture ne comprend qu’à peine. Par exemple, Joanna Rose, étudiante de doctorat conçue à l’aide de donneur, écrit: “Nos liens de parenté ont été brisés dans le cadre d’un ‘service’ rendu aux parents qui nous ont élevés. Contrairement au principe étayant l’adoption, il ne s’agit pas d’un dernier recours, et les liens de parenté brisés ne peuvent pas être dans notre intérêt…” Voir http://familyscholars.org/?p=4488.
34. Tangled Webs est une organisation dont le siège est à Victoria, en Australie; elle relie de jeunes adultes partout dans le monde qui ont été conçus à l’aide de donneurs. Une autre organization pour adultes conçus à l’aide de donneurs a été créée au Japon: “Japanese children of anonymous sperm donors seek support, right to truth,” [“Enfants japonais de donneurs anonymes demandent soutien, droit de savoir,”] tiré de Yomiuri Shimbun, reproduit dans le Fort Wayne News Sentinel, 5 juillet 2005, édition en ligne.
35. “I want to know where I come from,” [“Je veux savoir d’où je viens”] BBC News, 26 avril 2005, édition en ligne; “Sperm and the quest for identity,” [“Sperme et quête d’identité”] BBC News, 1 juin 2005, édition en ligne; Nancy J. White, “Are you my father?” [“Es-tu mon père?”] Toronto Star, 16 avril 2005, édition en ligne; Carol Nader, “My dad is my dad, but who gave the sperm?” [“Mon père et mon père, mais qui a donné le sperme?”] The Age (Australie), 3 juin 2005, édition en ligne; Judith Graham, “Sperm donors’ offspring reach out into past,” [“Les enfants des donneurs de sperme se tournent vers le passé”] Chicago Tribune, 19 juin 2005, édition en ligne; et la liste continue.
36. Aux États-Unis, voir http://www.donorssiblingregistry.com, site créé par une mère afin d’aider son fils, conçu à l’aide de donneur, à retrouver des demi-frères et demi-soeurs. Le site a été présenté dans le cadre d’émissions tels que Good Morning America, The Today Show, Oprah et beaucoup d’autres. En Grande Bretagne, voir http://www.ukdonorlink.org.uk, centre bénévole d’échange d’information et de contact unique en son genre, fondé par le Ministère de la Santé. Son mandat est “d’encourager plus de donneurs, enfants de donneurs et leurs demi-frères et demi-soeurs de s’inscrire sur les listes du centre afin de se donner la possibilité de se contacter.” Voir “UK Donor Link Confirms Matches for Half-Siblings,” Medical News Today, 1 juin 2005, édition en ligne. Il est tout de même ironique que le Ministère de la Santé en Grande Bretagne finance d’une part le recrutement de donneurs de sperme et d’ovules, et d’autre part les efforts des adultes conçus à l’aide de donneurs de contacter leurs donneurs et leurs demi-frères et soeurs. En Nouvelle Zélande, le gouvernement vient de créer un Registre semblable de donneurs en août 2005: “Le Registre des techniques de procréation humaine assistée enregistrera tous les dons futurs faits dans les cliniques de procréation assistée, et qui mènent à des naissances, ainsi que des données concernant les donneurs et les naissances préalables. Cela permettra aux donneurs futurs et à leurs enfants de connaître leurs identités réciproques, et fournira la même possibilité à ceux qui ont participé à des thérapies de fécondité préalables, si les uns et les autres y consentent.” http//www.stuff.co.nz/stuff/0,2106,3385637a7144,00html “New register for donors and donor offspring launched,” 22 août 2005.
37. L’absence évidente du père biologique dans les familles constituées par des mères volontairement célibataires et par des couples de lesbiennes et leurs enfants explique le fait que souvent ces mères parlent ouvertement à leurs enfants du fait qu’ils ont été conçus à l’aide de sperme de donneur; par contre, les études montrent que la plupart des femmes mariées, hétérosexuelles, ne disent pas à leurs enfants qu’ils ont été conçus à l’aide d’ovules de donneur. Voir Nancy Hass pour une analyse de cette situation: “Whose Life Is It Anyway?” Elle Magazine, septembre 2005. Un des nombreux commentaires perspicaces de Nancy Hass attire l’attention sur le fait que des femmes célèbres plus âgées peuvent devenir enceintes avec des ovules de donneur afin de donner l’impression qu’elles sont en bonne santé et encore jeunes. (Parmi les hommes mariés hétérosexuels, on observe une diminution du recours au sperme de donneur, grâce au traitement efficace de la stérilité masculine.)
38. Ce langage est celui employé par des adolescents à Amy Harmon conçu à l’aide de sperme de donneur: “Hello, I’m Your Sister. Our Father is Donor 150,” [“Bonjour, je suis ta soeur. Notre père est le donneur 150”] New York Times, 20 novembre 2005, première page.
39. Joanne Rose, blogue Family Scholars
40. Voir Abigail Gardner, Families Like Mine: Children of Gay Parents Tell It Like It Is (New York: Harper Paperbacks, 2005).
41. Une des études peu nombreuses portant sur leurs attitudes est celle de J.E. Scheib, M. Riordan et S. Rubin, “Adolescents with open-identity sperm donors: reports from 12-17 year olds,”
[“Adolescents avec donneurs identifiés: témoignages d’enfants entre 12 et 17 ans”] Human Reproduction, vol. 20, no.1, European Society of Human Reproduction and Embryology 2004, ps. 239- 252. La plupart des adolescents qui ont rempli le questionnaire ont répondu qu’ils allaient prendre contact avec le donneur parce que cela les aiderait à apprendre d’avantage sur eux-mêmes. Ils dissent se sentir “assez jusqu’à très à l’aise” concernant leurs origines. Très peu d’entre eux disent qu’ils désirent une relation “père-enfant” avec le donneur de sperme, et aucun d’entre eux ne désire lui demander de l’argent. (Un des principaux soucis de cette étude était l’effet du don identifié sur les adultes, ainsi que sur les enfants, et la plupart des rapports sur l’étude dans les médias soulignaient “les bonnes nouvelles” pour les adultes, telles que: “Children ‘respect privacy’ of their sperm donor fathers,” [“Les enfants respectent la vie privée de leurs pères donneurs de sperme”] News Telegraph, par Nic Fleming, 12/11/2004, édition en ligne.) Bien que les résultats de l’étude méritent d’être pris en compte, une enquête avec choix de réponse à cocher n’est pas la méthode idéale de juger des expériences subjectives des adolescents. Il est plutôt difficile, également, d’enquêter sur des adolescents et des enfants vivant encore chez leurs parents et dépendants d’eux. Il est probable qu’on obtiendrait un portrait différent au moyen d’entretiens approfondis et plus longs avec de jeunes adultes indépendants qui sont plus ouverts et qui ont réfléchi à leur enfance, surtout si on se fie à ce
qui commence à être rapporté par de jeunes adultes conçus à l’aide de donneurs.
42. Narelle Grech et Joanna Rose ont affiché leurs commentaries sur Family Scholars Blog au: http://www.familyscholars.org.
43. Cité dans Tom Sylvester, “Sperm Bank Baby to Meet Test Tube Dad,” National Fatherhood Initiative, Fatherhood Today, page 4, vol. 7, no. 2, printemps 2003. Parmi les sources pour cet article: Brian Bergstein, “Woman to meet her father—a sperm donor,” Associated Press, 30 janvier 2002; Yomi S. Wronge, “PA teen to contact dad who was sperm donor,” Mercury News, 20 janvier 2002; Trisha Carlson, “Sperm bank baby to learn donor’s name,” KPIX Canal 5, 1 février 2002; et Tamar Abrams, “Test Tube Dad,” sur http://www.parentsplace.com, 1 avril 2002.
44. “I want to know where I come from,” BBC News, 26 avril 2005, édition en ligne.
45. Judith Graham, “Sperm donors’ offspring reach into past,” Chicago Tribune, 19 juin 2005, edition en ligne.
46. Idem.
47. “Japanese children of anonymous sperm donors seek support, right to truth,” [“Enfants japonais de donneurs anonymes de sperme demandent soutien, droit de savoir”] tiré de Yomiuri Shimbun, reproduit dans Fort Wayne News Sentinel, 5 juillet 2005, édition en ligne. Au Japon également, une femme de 39 ans conçue à l’aide de donneur a dit à un journaliste: “J’ai le sentiment d’être venue au monde pour satisfaire le désir de ma mère. Après sa mort, je me suis demandée s’il me restait une raison de vivre.” Elle a ajouté: “… Je n’arrive pas à me débarrasser de l’impression que je ne suis pas née tant que fabriquée.” (italiques dans l’article) Voir Tomoko Otake, “Lives in Limbo,” The Japan Times, 23 août 2005, édition en ligne.
48. Beaucoup d’adultes conçus à l’aide de donneurs se pose la question des demi-frères et soeurs: en ont-ils et combien? Cela, pour deux raisons: parce qu’ils veulent connaître leur parenté pour mieux comprendre qui ils sont, et parce qu’ils ont peur d’entamer des relations amoureuses, à leur insu, avec un de ces frères ou soeurs (ou que leurs enfants en fassent autant avec les enfants de ces demi-frères ou soeurs). Étant donné que bon nombre d’enfants à peu près du même âge ont pu être conçu à l’aide du même donneur de sperme, qu’il soit possible qu’ils habitent dans la région de la banque de sperme, et que, de surcroît, le fait de partager avec quelqu’un la moitié de son patrimoine génétique donne un sentiment de “familiarité” qui rend la personne attrayante (surtout si on ne sait pas qu’il y a un lien de parenté), la peur d’une rencontre amoureuse avec un demi-frère ou une demi-soeur n’est pas déraisonnable. Narelle Grech, adulte conçue à l’aide de donneur, pose la question suivante sur Family Scholars Blog: “Est-il possible qu’à l’avenir nous allons tous devoir nous soumettre à des tests ADN avant de sortir avec quelqu’un, “au cas où?” Dans un article de journal, une mère qui a eu recours à l’insémination avec donneur affirme sur un ton optimiste que son fils devra demander à ses partenaires de se soumettre à des tests ADN une fois qu’il aura “une vraie vie amoureuse.” Voir Kay Miller, “Le patrimoine du donneur 1047,” Minneapolis Star Tribune, 21 août 2005, édition en ligne.
49. Dear Abby, San Jose Mercury News, 2 janvier 2005, édition sur site. Abby a répondu à la jeune fille, sur un ton expéditif, que le donneur “accomplit une action noble” et que “son identité est impossible cz`fazdà retracer.”
50. Cette réaction equivaut à dire à un enfant de parents divorcés qu’il devrait être reconnaissant pour le divorce, puisque sans lui il n’aurait pas eu le demi-frère ou demi-soeur né(e) d’un marriage subséquent. Il n’y a pas de fondement rationnel ou compatissant pour suggérer à quelqu’un qui essaie de parler de son histoire que faire cela équivaut à un désir d’effacer une vie humaine, la sienne ou celle d’un autre.
51. Blaine Hardin, “2-Parent Families Rise After Change in Welfare Laws, New York Times, 12 août 2001. Environ deux-tiers des divorces mettent fin à des marriages peu conflictuels; environ un tiers des divorces mettent fin à des mariages caractérisés par beaucoup de conflit. Voir Paul R. Amato et Alan Booth, A Generation at Risk: Growing Up in an Era of Family Upheaval (Cambridge: Presses de l’Université Harvard, 1997), p. 220.
52. Voir citations complètes dans Why Marriage Matters: Conclusions from the Social Sciences, deuxième édition, (New York: Institute for American Values, 2005); voir aussi “Evaluating Marriage: Does Marriage Matter to the Nurturing of Children,” par Robin Fretwell Wilson, 42 San Diego Law Review (2005): 847-881.
53. Les filles dans des familles recomposées ont un risque légèrement plus élevé d’être enceintes pendant l’adolescence, par rapport aux filles dans des familles monoparentales; elles ont un risqué beaucoup plus élevé d’être enceintes pendant l’adolescence que les filles avec des parents qui n’ont pas divorcé. Les enfants élevés dans des familles recomposées sont également plus aptes à se marier pendant l’adolescence, par rapport aux enfants dans des familles monoparentales ou des familles où les parents n’ont pas divorcé. (Voir Why Marriage Matters, notes de bas de page 36 et 37.) En ce qui concerne les résultats scolaires, les enfants dont les parents se remarient n’obtiennent pas, en général, de meilleurs résultats que les enfants élevés par leurs mères qui sont seules. (Why Marriage Matters citation 84.) Une étude récente a trouvé que les garçons élevés dans des familles monoparentales ont un risque deux fois plus élevé, et les garçons dans des familles recomposées ont un risque deux fois et demi plus élevé de commettre un crime entraînant l’emprisonnement avant l’âge de trente ans. (Why Marriage Matters, note de bas de page 130.) Les adolescents dans des familles monoparentales et recomposées sont impliqués dans des actes délinquants plus souvent que les adolescents dont les parents sont restés mariés. (Why Marriage Matters, note de bas de page 131.) Les enfants vivant avec des mères célibataires, avec les partenaires masculins de leurs mères ou avec des beaux-pères ont un risque plus élevé d’être abusés. (Notes de bas de page sur les beaux-pères, voir Why Marriage Matters notes de bas de page 153-155.)
54. Des enfants d’unions précédentes font parfois partie de familles homosexuelles qui ressemblent, sur ce plan, aux belles-familles. D’autres couples homosexuels mariés qui existent avant la naissance ou l’adoption des enfants ressemblent sous certains aspects des familles hétérosexuelles intactes, bien que dans ces couples au moins un des parents n’est pas le parent biologique de l’enfant, comme dans les belles-familles (ou les familles hétérosexuelles adoptives).
55. Robin Fretwell Wilson écrit, “Ces études sur les familles désunies fournissent des résultats différents relatifs au pourcentage de filles molestées pendant l’enfance. Cependant, que le chiffre précis soit 50% ou même 25%, le taux est phénoménal et indique que le risque pour les filles après un divorce est beaucoup plus élevé que nous l’avions imaginé.” Elle ajoute, “Malgré ces études, il est très étonnant qu’un si grand nombre de filles dans des familles désunies disent avoir subi des abus sexuels pendant l’enfance. Toutefois, puisque plus de soixante-dix études du domaine des sciences sociales conferment la relation entre le divorce et la molestation, on ne peut pas douter que le risque soit réel. Bien que ce soit difficile à accepter, la vulnérabilité sexuelle d’une fille suite à un divorce augmente considérablement, et rien n’indique que ce risque va diminuer.” Dans “Children at Risk: The Sexual Exploitation of Female Children after Divorce,” 86 Cornell Law Review 251: janvier 2001, p. 256.
56. Joseph H. Beitchman et al., “A Review of the Short-Term Effects of Child Sexual Abuse,” 15 Child Abuse and Neglect 537, 550 (1991), cité dans Robin Fretwell Wilson, note de bas de page 9.
57. Martin Daly et Margot Wilson, 1996. “Evolutionary Psychology and Marital Conflict: The Relevance of Stepchildren,” dans Sex, Power, Conflict: Evolutionary and Feminist Perspectives, sous la direction de David M. Buss et Neil M. Malamuth (Oxford: Presses de l’Université Oxford): 9-28, cite dans Why Marriage Matters: Twenty-One Conclusions from the Social Sciences, publié par le “Center of the American Experiment,” la “Coalition for Marriage, Family and Couples Education,” et le “Institute for American Values” (2002).
58. Tiré de W.D.Hamilton, “Significance of paternal investment by primates to the evolution of malefemale associations”, dans Primate Paternalism, sous la direction de D.M. Taub (New York: Van Nostrand, 1964), ps. 309-335.
59. Tiré de M.S. Smith, “Research in developmental sociobiology: Parenting and family behavior,” dans Sociobiological perspectives on human development, sous la direction de K.B. MacDonald (New York: Springer-Verlag, 1988), ps. 271-292.
60. David Popenoe, “The Evolution of Marriage and the Problem of Stepfamilies: A Biosocial Perspective,” dans Stepfamilies: Who Benefits? Who Does Not?” sous la direction de Alan Booth et Judy Dunn (Hilldale, New Jersey: Lawrence Erlbaum Associates, 1994), ps. 3-27.
61. Voir citations complètes dans “Do Mothers and Fathers Matter? The Social Science Evidence on Marriage and Child Well-Being,” iMapp Policy Brief, 27 février 2004 (Washington, D.C.: Institute for Marriage and Public Policy).
62. Attestation de Stephen Lowell Nock, Halpern c. Ministre de la Justice du Canada, No. 648/00 (Cour Suprême Ontario).
63. Voir “Do Mothers and Fathers Matter? The Social Science Evidence on Marriage and Child Well-Being,” iMapp Policy Brief, 27 février 2004 (Washington, D.C.: Institute for Marriage and Public Policy.
64. Environ deux tiers des divorces mettent fin à des mariages peu conflictuels; environ un tier met fin à des mariages très conflictuels. Voir Paul R. Amato et Alan Booth, A Generation at Risk: Growing Up in an Era of Family Upheaval (Cambridge: Harvard University Press, 1997), p. 220.
65. “Family Vacation,” par Michael Leahy, Washington Post Magazine, 19 juin 2005, édition en ligne. D’autres versions dans les médias conprennent, “Anonymous Sperm Donor Meets Kids,” CBS News, New York, 23 août 2005, en ligne: http://www.cbsnews.com.
66. Voir http://www.parentsincluded.com.
67. http://groups.yahoo.com/group/to-parent. Rappelons que le terme “coparent” est aparu dans le contexte des couples divorcés où les mères et les pères étaient encouragés à être des “coparents” efficaces après leur séparation. Maintenant, le terme est employé couramment pour décrire également les situations où des hommes et des femmes (homosexuels ou hétérosexuels), bien avant la naissance d’un enfant, formulent sciemment le projet d’élever l’enfant ensemble, sans qu’ils soient liés par une relation sentimentale et, en général, sans qu’ils habitent ensemble.
68. L’annonce donnait une adresse de boîte postale et précisait: “Doit être blanc, en bonne santé, sans antécédents familiaux d’SDA ou SDAH.” Site visité le 12 juillet 2005.
69. “Baby Mamas,” par Rodney Thrash, St. Petersburg Times, 6 mai 2005, édition en ligne.
70. “All About Eves,” par Anne A. Jambara, Philippine Daily Inquirer, 8 mai 2005, édition sur site.
71. Voir Sara Butler Nardo, “De Facto Parenthood: The reformers’ latest unwholesome innovation in family law,” The Weekly Standard, 6 mars 2006. L’auteur soutient que les tribunaux se basent sur une “définition circulaire” selon laquelle “un parent est celui qui accomplit la fonction de parent…” En novembre 2005, l’État de Washington a accordé, lui aussi, le statut de parent psychologique à l’ancien partenaire d’un parent (en l’occurrence, l’ancienne amie de la mère); la décision du tribunal est citée sur le site http://www.courts.wa.gov/opinions/?fa=opinions.opindisp&docid=756261MAJb. Pour une réfutation de l’argument de Nardo, voir Dahlia Lithwick, “Why courts are adopting gay parenting,”
[“Pourquoi les tribunaux appuient les parents homosexuels”] rubrique Opinion, Washington Post,12 mars 2006, B02.
72. Voir Po Bronson, “Are Stepparents Real Parents?” Time Magazine, 17 mai 2006, édition en ligne, pour un exposé du cas “parent de facto” de l’État de Washington, et ces implications pour environ le tiers des américains qui vivent dans des belles-familles.
73. Frances Gibb, “Mother loses her children to former lesbian partner,” The Times Online, 7 avril 2006.
74. Bien sûr que c’est désolant de voir un parent briser la relation d’un enfant avec une personne qui lui est proche. Malheureusement, cela peut se produire dans toutes sortes de situations: une mere qui éloigne l’enfant des parents de son ex-mari, des parents qui éloignent les enfants d’oncles et tantes qui les aiment, des parents qui renvoient soudain une nourrice à qui les enfants sont attachés, et ainsi de suite. La loi n’a pas le pouvoir de guérir ces blessures, et les tentatives dans ce sens—avec intervention de l’État dans des décision privées prises par des mères et des pères et qui ne se traduisent pas par abus ou abandon des enfants—sont aptes à causer plus de mal que de bien aux enfants en question. De plus, si dans certains États les couples de même sexe font l’objet de discrimination quand ils demandent le statut de deuxième parent adoptif (c’est-à-dire, s’ils trouvent le processus plus exigeant qu’il ne l’est pour les couples hétérosexuels faisant la même demande), ou si cette option n’est pas disponible dans certains États, la bonne solution serait de régler les problèmes liés à l’adoption par le deuxième parent, et non pas d’avoir recours a posteriori à une toute autre catégorie générale appelée “parent psychologique.”
75. La firme “Family Evolutions” de New Jersey, qui appartient à un couple de lesbiennes ayant des enfants, a créé une camisole et une bavette pour enfants, portant l’inscription “Mon papa s’appelle Donneur.” (Sur leur site Web on peut voir leur jeune fils habillé de la camisole en question.) Voir Elizabeth Marquardt “Kids Need a Real Past: Children with Donor Parents Suffer when Those Raising Them Downplay Their Origins,” dans Chicago Tribune, 15 mai 2005. Disponible sur le site http://www.americanvalues. org/html/donor.html.
76. “Egg donor has parenthal rights, courts say,” [“Tribunal décide que donneur de sperme a des droits parentaux”] article dans Pittsburgh Post-Gazette, 10 septembre 2005, édition en ligne.
77. Aux États-Unis, l’Université Harvard a annoncé récemment son intention de commencer à mener de la recherche sur des cellules souches, grâce à un financement privé. Harvard se joint à l’Université de Californie à San Francisco et à quelques entreprises privées dans ce projet; ces equips de recherche ont pour but de cloner des embryons humains génétiquement compatibles avec des patients.
78. De plus en plus, la distinction entre le clonage “thérapeutique” et “procréatif” semble disparaître dans les médias—et, selon certains, ce ne sont que les ultra-conservateurs qui s’opposent au clonage. Par exemple, au NPR, l’académicien Alan Wolfe a déclaré que le pape Benoit est d’extrême droite parce qu’il s’oppose, entre autres, au “clonage.” Semblablement, dans une rubrique, Maureen Dowd écrivait qu’une des nombreuses inquiétudes graves concernant le nouveau pape est qu’une fois il a déclaré que le clonage est “plus dangeureux que les armes de destruction massive.”
79. Alok Jha, “Process Holds Out Hope for Childless Couples,” Guardian, 20 mai 2005, edition en ligne.
80. Idem.
81. Une jeune femme en Grande Bretagne est morte récemment du syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHSO), l’effet secondaire à haut risque le plus commun du don d’ovules. Une autre femme atteinte de SHSO, qui a subi un accident cérébro-vasculaire avec atteinte cérébrale, vient de gagner une poursuite judiciaire majeur en Grande Bretagne.
82. Mark Henderson, “Cloning team calls for IVF egg donations,” Times Online, 31 mai 2005; “Cloning research egg donor plan: women could be allowed to donate their eggs for therapeutic cloning research under new rules to be considered by fertility watchdog,” [“Projet de don d’ovules pour recherche sur le clonage: femmes pourraient obtenir le droit de donner leurs ovules à la recherche sur le clonage thérapeutique selon nouvelles règles examinées par autorités régissant procréation”] Informations BBC en ligne, 14 février 2006.
83. Au Japon en 2004, des scientifiques ont créé une souris à partir de la matière génétique de deux femelles—c’est-à-dire, une souris avec deux mères génétiques et sans père génétique. Pour ce faire, ils ont créé plus de 450 embryons, dont 370 ont été implantés et 10 sont nés vivants. Un seul vécut jusqu’à l’âge adulte. Les autres sont morts de toute une gamme de malformations congénitales. Voir Bijal P. Trivedi, “The End of Males? Mouse Made to Reproduce without Sperm,” National Geographic News, 21 avril 2004, édition en ligne. Comment pourrait-on envisager des expériences de ce genre avec des enfants?
84. James Meikle, “Sperm and egg could be created from stem cells, says new study,” Guardian, 2 juin 2005, édition en ligne.
85. Maxine Firth, “Stem cell babies could have single parent,” New Zealand Herald, 21 juin 2005, édition en ligne.
86. Milanda Route, “Doing Away with Donors,” Herald Sun (Australie), 21 juin 2005, édition en ligne.
87. “Stem cell research may provide hope to gay couples,” [“Recherche sur cellules souches pourrait donner de l’espoir aux couples homosexuels”] en anglais sur le site http://www.proudparenting.com, 30 juin 2005. D’autres articles dans les médias plus tard la même année comprennent celui de Hannah Seligson, “Science’s hope of two genetic dads; stem cell research could soon enable both partners in gay, lesbian couples to pitch in,” Gay City News, 8-14 septembre 2005, édition en ligne. L’article cite un médecin (qui n’est pas impliqué dans la recherche) qui affirme que “les couples homosexuels doivent souvent confronter le problème pénible de ne pas être des parents génétiques.” Le journalist écrit, “On espère que cette nouvelle découverte pourra atténuer le stress lié à ce problème chez les couples homosexuels qui créent des familles.” L’article passe sous silence le risque de graves problèmes de santé (et autres risques) pour les embryons ou les enfants en question.
88. Roger Highfiel et Nic Fleming, “Scientists create human embryo without a father; source of stem cells: ‘virgin’ territory for British researchers,” The Daily Telegraph, 10 septembre 2005, édition en ligne.
89. Mark Henderson, “Scientists win right to create human embryo with three genetic parents,” Times Online, 9 septembre 2005.
90. Dans son article, “Where Babies Come From: Supply and Demand in an Infant Marketplace,” Harvard Business Review, février 2006, ps. 133-142, Debora L. Spar suggère que la réglementation du marché de l’industrie de la procréation aux États-Unis pourraient, entre autres choses, assurer l’égalité des adultes. Elle écrit, “Les législateurs… pourraient décider qu’avoir des enfants est un droit fundamental et que, par conséquent, la société doit trouver un moyen de fournir au moins un enfant à tous ceux qui veulent être parents” (p.140). Spar n’affirme pas qu’elle appuie cette idée, mais elle ne l’oppose pas non plus. Cette suggestion est la formulation la plus claire à date du droit des adultes poussé jusqu’à sa conclusion logique—et effrayante.
91. Confrontés à la possibilité du mariage en groupe, au recours accru au sperme et aux ovules de donneurs et aux mères-porteuses, ainsi qu’aux progrès des techniques de procréation, certains adeptes du mariage homosexuel affirment que les hétérosexuels sont presque entièrement responsables de ces changements révolutionnaires en termes de mariage et de filiation, étant donné leurs taux élevés de divorce, les naissances hors du mariage, et le recours initial au sperme et aux ovules, ainsi qu’aux mères-porteuses. Comme l’a écrit Stephanie Coontz dans le New York Times (“The Heterosexual Revolution,” 5 juillet 2005), “Les homosexuels et les lesbiennes ont regardé la révolution suscitée par les hétérosexuels et se sont aperçus que selon ses normes le mariage pouvait s’appliquer à eux aussi.” Ces critiques ont raison dans une certaine mesure. Les hétérosexuels ont bel et bien semé la confusion dans la signification du mariage et de la filiation. (Je passe le plus clair de mon temps à étudier les effets du divorce sur les enfants.) Mais là où les critiques se trompent, c’est qu’ils ne tiennent pas compte du fait qu’aucun des changements légaux et sociaux précédents n’a exigé la redéfinition légale du mariage. Le mariage homosexuel exige que l’on redéfinisse cette institution en utilisant des termes neutres, sans identification du sexe des personnes, qui rendent impossible à la loi et à la culture d’affirmer le besoin réel des enfants d’une mère et d’un père (au lieu de quoi, la loi et la culture ne peuvent
qu’affirmer que l’enfant a besoin de “deux parents.” Parce que la grande majorité des enfants dans la population ont des parents hétérosexuels, et non pas homosexuels, mettre fin au dialogue concernant l’importance des mères et des pères aura une influence néfaste surtout et principalement sur ce groupe très majoritaire d’enfants. Attirer l’attention sur les conséquences troublantes, et peut-être non voulues, de la légalisation du mariage homosexuel n’a pas pour but de stigmatiser les couples homosexuels qui élèvent des enfants. Ces couples ont vécu et continueront à vivre en famille avec des enfants. Je suis convaincue qu’ils ont besoin de protections légales et sociales pour eux et pour leurs enfants, et je crois qu’on ne doit pas les priver des enfants dont ils sont les parents naturels. Mais il pourrait y avoir des conséquences significatives non voulues pour la grande majorité d’enfants de parents hétérosexuels lorsque nous éliminons les mères et les pères du mariage et du droit de la famille, et que nous créons un code légal neutre, dont le sexe des personnes est absent.
92. La plus grande partie de ce segment sera publiée dans un article (“The Future of Polygamy: Two Mommies and a Daddy”) par Elizabeth Marquardt, dans Christian Century, à paraître.
93. Reid J. Epstein, “Whole lotta love; Polyamorists go beyond monogamy,” Milwaukee Journal- Sentinel, 12 septembre 2004, édition en ligne.
94. Trevor Stokes, Columbia News Service, “A polylife: monogamy with more partners,” Chicago Tribune, consulté 24 février 2006, édition en ligne.
95. Voir Dan Cere, The Future of Family Law.
96. Pour attirer l’attention sur leur argument voulant que des droits matrimoniaux doivent être accordés non seulements aux couples homosexuels, mais aussi à tout groupe d’adultes aimants (lié ou non par une relation conjugale), 250 académiciens de marque et leaders sociaux ont publié une déclaration à la fin de juillet 2006 intitulée “Beyond Same-Sex Marriage: A New Strategic Vision for All Our Families and Relationships”. Pour consulter le sommaire exécutif, la déclaration complète et la liste des signataires, voir http://www.beyondmarriage.org.
97. Consultez le site Web: http//www.unmarried.org. À gauche, liste des “hot topics.”
98. Voir http://www.uupa.org.
99. http://www.livejournal.com/community/polyamory/890327.html. Ce que je trouve de très troublant dans ce contexte est l’acceptation commune que lorsque des adultes commencent une nouvelle relation et/ou habitent avec un nouvel partenaire, ils deviennent les “parents” des enfants qu’ils ont déjà chacun. Les enfants avec des parents hétérosexuels célibataires ou divorcés vous diront que le fait que leur parent ait une relation sexuelle avec quelqu’un ne fait pas en sorte que cette personne soit vue automatiquement comme un parent par l’enfant. Même le mariage (comme dans les bellesfamilles) ne crée pas automatiquement (légalement ou psychiquement) une relation parent-enfant. En général, des liens filiaux basés sur la confiance un beau-parent et un enfant se construisent lentement, et parfois pas du tout. Qui plus est, un beau-parent doit adopter l’enfant afin de devenir son parent légal (et avant que l’adoption puisse avoir lieu, il faut annuler les droits parentaux de l’autre parent biologique de l’enfant — processus juridique exténuant.
100. http://www.livejournal.com/community/polyamory/890327.html.
101. Idem. Sur le même site, une autre mère écrit qu’elle applique une “règle simple” pour son fils de 12 ans quand il lui rend visite: “Ce qui se passe chez maman ne sort pas de chez elle, si tu veux continuer à venir la voir.”
102. http://www.polychromatic.com/kids.html.
103. http://www.polyamorysociety.org/children.html.
104. Elise Soukup, “Polygamists, Unite! They used to live quietly, but now they’re making noise,” Newsweek, 15 mars 2006, édition en ligne.
105. Felicia R. Lee, “Real Polygamists Look at HBO Polygamists; In Utah, Hollywood Seems Oversexed,” New York Times, 16 mars 2006, section Affaires, édition en ligne.
106. Robert H. Frank, “Polygamy and the Marriage Market: Who Would Have the Upper Hand?” New York Times, 28 mars 2006, pages Arts, édition en ligne.
107. John Tierney, “Who’s Afraid of Polygamy?” New York Times, 11 mars 2006.
108. Stanley Kurtz, “Polygamy versus democracy; you can’t have both,” The Weekly Standard, 05 juin 2006, vol. 011, numéro 36, édition en ligne. Les rubriques de S. Kurtz au “National Review Online” intéresseront tous ceux qui veulent se tenir au courant des arguments émergeants concernant la polygamie et la polyamorie. Par exemple, voir la rubrique, “Big Love, from the Set: I’m taking the people behind the new series at their word,” 13 mars 2006.
109. Voir Sylviane Agacinski, Politique des Sexes, Seuil, 1998, surtout chapitre “La Double Origine.”
110. Pour une discussion plus détaillée de ce principe et des problèmes liés à la redéfinition de la function parentale, découlant de la désinstitutionalisation du mariage, voir le livre de David Blankenhorn sur le mariage, à paraître chez Encounter Books, surtout chapitre 7: “Goods in Conflict.”

Leave a comment

Filed under En Francais (in French), Same Sex Marriage, Strengthening Families, Western Civilization

2008: Pope restates gay marriage ban after California Supreme Court Decision / Reuters

His Holiness Pope Benedict XVI is, in my opinion, exactly right on the issue of gay marriage and the evil of homosexual relationships. I would be in favor of them having less rights than full civil unions, and not able to adopt children in any case. The three taboo’s or bans on incest / poedophilia, adultery, and homosexuality that societies have always had and which in my opinion should have, have their best defense in an article by a Hoover Institution scholar , found on my blog at this link. 2003: The Libertarian Question: Incest, Homosexuality, and Adultery / Stanley Kurtz
Taboo’s are not on things that no one does; they are on things that too many people do, and that societies need to strongly discourage or the family breakdown destroys their successful operation as a society and their future.

See the original article on the Reuters News website at this link.

Thanks much,
Steve St.Clair

===================
Pope restates gay marriage ban after California Supreme Court Decision
Fri May 16, 2008 10:22pm BST
By Philip Pullella

VATICAN CITY (Reuters) – Pope Benedict, speaking a day after a California court ruled in favour of same-sex marriage, firmly restated on Friday the Roman Catholic Church’s position that only unions between a man and a woman are moral.

Benedict made no mention of the California decision in his speech to family groups from throughout Europe, but stressed the Church’s position several times.

“The union of love, based on matrimony between a man and a woman, which makes up the family, represents a good for all society that can not be substituted by, confused with, or compared to other types of unions,” he said.

The pope also spoke of the inalienable rights of the traditional family, “founded on matrimony between a man and a woman, to be the natural cradle of human life”.

On Thursday, the California Supreme Court overturned a ban on same-sex marriages in a major victory for gay rights advocates that will allow homosexual couples to marry in the most populous U.S. state.

Last year, Italy’s powerful Catholic Church successfully campaigned against a law proposed by the previous centre-left government that would have given more rights to gay and unmarried couples.

The Roman Catholic Church teaches that homosexuality is not sinful but homosexual acts are, and is opposed to gays being allowed to adopt children.

The California court found laws limiting marriage to heterosexual couples are at odds with rights guaranteed by the state’s constitution.

U.S. President George W. Bush, who is opposed to gay marriage, prayed “for the family” with the pope at the White House last month during the pontiff’s visit there.

Last year, Cardinal Angelo Bagnasco, the head of the Italian Bishops Conference, made headlines with comments that critics said equated homosexuality with incest and paedophilia.

After he made the comments — which Bagnasco said were misunderstood — graffiti reading “Shame” and “Watch Out Bagnasco” appeared on the door of the cathedral in northern Genoa, where Bagnasco is archbishop.

The pope, who backed Bagnasco, will visit Genoa his weekend.

Opponents of gay marriage in the United States vowed to contest the ruling with a state-wide ballot measure for a constitutional amendment to ban gay marriages.

1 Comment

Filed under Same Sex Marriage, Strengthening Families

2008: Pro-family group ends McDonald’s boycott / Christian News

This is certainly the most productive, and the most effective, way to protect our civilization and our families: by hitting the companies involved where it hurts — their bottom line. I proudly participated in this action against McDonalds, and I’m certain I’m healthier for the change.
Tens of millions of conservative Christian and orthodox Jews eat a lot more hamburgers, watch a lot more movies, go to a lot more concerts, buy a lot more i-phones, do a lot more google searches, than almost any other group.

Doing this act, in concert with others, and TELLING THE STORES, RESTAURANTS, WHY YOU ARE DOING IT, will work wonders.

I can’t help but think that many family-values people will carefully note companies that have become hyper-active in the gay marriage movement and other attacks on families and children, and will act accordingly. For example, I will move my blog to WordPress when the election season is over.
See the original of this article on the website of the Christian Post at this link.

Thanks much,

Steve St.Clair
===================

Pro-family group ends McDonald’s boycott
by Eric Young, Christian Post
Posted: Sunday, October 12, 2008, 8:37 (BST)

Pro-family groups this week lauded the recent decision by McDonald’s to no longer support activists working to advance the homosexual agenda. “The Big Mac attack on family values is finally over,” exclaimed Tony Perkins, president of Family Research Council, to supporters Friday. “After a five-month boycott, Americans finally got what they ordered – McDonald’s agreement to stop financing the homosexual agenda.”
In late March, McDonald’s sparked controversy after the company’s vice president of communications joined the board of directors of the National Gay & Lesbian Chamber of Commerce (NGLCC) – an organisation “dedicated to expanding the economic opportunities and advancements of the Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender/Transsexual (LGBT) business community.”
The American Family Association, in response, said that the move – combined with a $20,000 donation McDonald’s handed over to the NGLCC and the fast-food chain’s frequent and boastful support in sponsoring gay pride parades – was detrimental to pro-family causes and the sanctity of marriage.
The AFA requested McDonald’s to remove its name and logo from the NGLCC website and drop the vice president of communications’ endorsement of the organisation. When McDonald’s rebuffed the requests, AFA began asking its two million supporters to boycott the popular fast-food chain. “[T]he company has ramped up its support of the gay agenda and it leaves us no option but to call for a boycott,” said AFA Chairman Don Wildmon in a statement earlier this summer.
Whilst some criticised AFA’s efforts, accusing them of being “haters”, the pro-family group emphasised that the boycott was not about hiring homosexuals, or homosexuals eating at McDonald’s, or how homosexual employees are treated. “Our concern was: Here is a family-friendly company that has, all of a sudden, joined hands and became a partner and ally with an organisation that is absolutely attacking the moral foundation of our nation; trying to redefine marriage in our nation,” recalled Buddy Smith, executive assistant to AFA’s chairman.
“All we were asking is that they just simply be neutral in the culture wars and focus on doing their business and remain neutral,” he told the Chicago Sun-Times. Supporters of the boycott further noted that McDonald’s could have chosen to support efforts such as those against poverty, hunger or child abuse rather than controversial issues.
After the months-long boycott, McDonald’s eventually informed AFA of their decision to remain neutral in the culture war regarding homosexual “marriage”, reporting that they have no plans to renew their membership in NGLCC when it expires in December. Furthermore, in a September 23 memo revealed this week to AFA, the nation’s No 1 hamburger chain told franchised owners that its policy is “to not be involved in political and social issues”.
“McDonald’s remains neutral on same sex marriage or any ‘homosexual agenda’ as defined by the American Family Association,” the memo stated.
Following McDonald’s report to AFA, group chair Wildmon told supporters that the boycott of McDonald’s was ending. “We appreciate the decision by McDonald’s to no longer support political activity by homosexual activist organisations,” he stated in his message on Thursday.
Earlier this year, AFA ended a two-year boycott of Ford Motor Co, saying the company had met most of its demands, which included ending donations to groups that support same-sex “marriage”. Other companies that have been the targets of AFA boycotts include 7-Eleven, the Walt Disney Company, and Abercrombie & Fitch. Most recently, on August 25, the AFA announced its boycott of Hallmark Cards for their decision to start selling same-sex wedding cards.

3 Comments

Filed under Same Sex Marriage, Strengthening Families

2008: Do Fathers Matter Uniquely for Adolescent Well-Being? / Center for Marriage and Families

This study shows without doubt that fathers matter uniquely to their families, and impact them in ways that no one else can. Lets strengthen fathers avoiding the mistake of weakening it severely as an institution by by passing Proposition 8.

See the original of this article on the Center for Marriage and Families website at this link.

Thanks much,

Steve St.Clair
==============
Do Fathers Matter Uniquely for Adolescent Well-Being?
David Eggebeen

The evidence is in and it is clear that fathers do matter for the lives of children. Hundreds of studies over the past two decades have consistently demonstrated that fathers have a measureable impact on children.[1] Studies show that infants are positively affected by the interactions and care given by their fathers.[2] Research has also established the importance of fathers for older children’s well-being. Good studies have found that the quality of parenting exhibited by the father as well as the resources fathers bring or don’t bring to their families predict children’s behavior problems, depression, self-esteem, and life-satisfaction.[3] The reach of fathers has been shown to extend to adolescents and young adults, as research shows adolescents function best when their fathers are engaged and involved in their lives.[4] Finally, there is good evidence that fathers play an important role in helping their children make the transition to adulthood.[5]

Much remains that we do not know about the link between fathers and their children. Yet the first “stage” of work, that of establishing that fathers matter, is well advanced. The next stage, exploring the unique contributions of fathers as compared with mothers or other adults, remains less well developed. To date, debates about whether fathers are essential to optimal child development have taken place without much anchor in empirical research.[6] Assessing the unique effects of fathers on children is important for several reasons.

First, high rates of divorce and nonmarital childbearing mean that about half of children today are likely to live some of their childhood in a home where their father does not live.[7] As of 2007, 19.2 million children were not living with a biological or adoptive father or stepfather, compared to 9.5 million children living in fatherless homes in 1970.[8] While many nonresident fathers work hard to provide for their children and take parenting seriously, research shows that responsible, involved nonresident fathers remain rare. In a large number of cases, nonresident fathers are largely absent from the lives of their children.[9] Given this demographic reality, it remains imperative for family scholars to continue to research the full “cost” of fatherlessness for children.

Second, an increasing number of children are growing up in households that differ in important ways from two biological-parent households as well as female-headed households. Certainly, the numbers of children in multigenerational households, cohabiting-couple households, and other nontraditional living arrangements can no longer be ignored. Put another way, do children develop optimally when raised by their father and their mother? Or can any number of adults, regardless of their gender, parent as effectively as a father and a mother?

Finally, there is considerable cultural pressure today for fathers to be involved in the lives of their children. What exactly this “involvement” means, however, remains unclear. Should fathers act like mothers to their children? What does it mean that children might be better off if “there is a man around”?[10] Research on the similarities and differences between mothers and fathers in characteristics, behavior, and parenting may help parents better appreciate the distinctive parenting contributions of their spouse or child’s parent.

To date, research attempts to disentangle the effects of mothers and fathers have been thin. One review of the literature on the effects of fathers on children identified only 8 of 72 studies that took into account the relationship between the mother and the child when assessing the effects of father involvement.[11] Most of these studies have simply “controlled for” (or taken out) the effects of the mother’s characteristics in their assessment of whether fathers matter. The relationship between the mother’s and the father’s characteristics and behavior on a particular outcome, however, can potentially take three forms.[12] First, the father’s effects may be additive; that is, what fathers do may have an effect on adolescent outcomes over and above what mothers do. It is also possible, however, that the father’s and the mother’s involvement or characteristics are redundant; that is, children benefit from a father or mother—it doesn’t matter which one—engaging in certain behaviors or possessing certain characteristics. Finally, it is possible that fathers have a unique effect on certain outcomes; that is, fathers, but not mothers, are important for distinct outcomes. Little is yet understood about how the father’s influence is distributed across these possibilities.

In this research brief, I explore the importance of fathers and mothers for a nationally representative sample of teenagers, specifically examining whether a father’s human capital, social capital, and role modeling may uniquely influence his adolescent’s self-identity and behavior.

Sociological Perspectives on Fatherhood
When sociologists think about what fathers do and how they might make unique contributions to the welfare of their children beyond that of mothers, they focus less on the particulars of how fathers interact with their children (the province of psychologists) and more on what resources fathers directly or indirectly provide. Much of the sociologically oriented research concentrates on using survey data to compare children living in married-couple families with children in mother-headed families. While this approach has been useful for understanding the advantages for children of growing up in a two-parent family, it is not very useful for understanding the precise role fathers play because researchers are comparing unlike situations: children reared by one parent instead of two.[13] To better understand the unique roles of fathers and mothers, this brief compares the contributions of fathers and mothers within two-parent heterosexual families to determine if they are unique.

From a sociological perspective, what kinds of contributions to children might we expect from fathers? To answer this question, sociologists tend to think about what kinds of human capital and social capital fathers possess and how this might uniquely affect children. Also, because sociologists see both parents as the primary agents of socialization, they look at the role modeling of both mothers and fathers as important influences on children.

Human Capital
How mothers and fathers care for their children is strongly influenced by their human capital—the skills, knowledge, and values that they possess and that are associated with occupational success in American society. Parents with high levels of human capital, typically indicated by years of education, are more likely to do the kinds of things that enhance their children’s cognitive abilities and school performance. They are likely to provide a stimulating home environment by limiting television and encouraging reading. They are more likely to take their children to museums, libraries, plays, and other enriching activities. They may choose to live in communities with good schools or sacrifice to send their children to strong private or parochial schools. Mothers and fathers with high human capital not only encourage high occupational aspirations in their children but also promote the kinds of behavior in their children that are associated with success in school.

Most, but not all, studies show mothers and fathers with high education levels have children who do well in school.[14] Furthermore, most of these studies find that a father’s education affects children independently from a mother’s education. Although less studied, where fathers have good education, families have also been found in some studies to have children with positive self-esteem, life skills, social competence, and cooperativeness.[15] In short, there is consistent evidence that children benefit from the human capital characteristics of both their parents.

Social Capital
In a classic article in 1988, sociologist James Coleman identified “social capital” as resources embedded in family and community relationships. The quality of the relationship between each parent and child represents one important component of social capital.[16] A large number of studies that investigated associations between paternal supportive behavior and child outcomes found that the overwhelming majority showed significant associations between father support and measures of child well-being. Only a few studies, however, took into account characteristics of mothers, and among those that did, the evidence for father effects was weaker.[17]

Role Modeling
Beyond their resources and relationships, fathers and mothers influence their children simply by who they are and how they act. Children learn by observing those around them—and parents are the most visible adults in their world. Children who observe fathers and mothers treating others with respect, handling conflict in effective ways, and engaging in responsible and appropriate behavior are likely to emulate these behaviors themselves. On the other hand, children learn quite different lessons about themselves, how to behave or treat others, when parents treat each other badly, are neglectful or abusive to their children, or engage in inappropriate or illegal behavior. In addition, fathers and mothers uniquely model to their children what it means to be a man and a woman. The importance of parental modeling has been shown in a large number of studies, although only a few studies attempted to assess the effects of both mothers and fathers simultaneously. Two recent studies that did account for the role-modeling behaviors of both mothers and fathers show that each parent’s psychological health, drinking behavior, availability, as well as the degree of marital conflict all influence the child’s self-image and behavior.[18] More research needs to be done to understand the relative importance of mothers and fathers as role models.

An Analysis Using the National Study of Adolescent Health
Data drawn from the National Study of Adolescent Health (or “Add Health”) provides an excellent opportunity to examine these theoretical ideas. The Add Health survey is a long-term nationally representative sample of 20,745 middle and high school students first interviewed in 1995–1996. A second wave of interviews was conducted one year later, and a third round of 15,170 persons was interviewed in 2001.[19] I looked only at respondents who were living with both biological parents during the first round of interviews.[20] I focused on the link between mothers and fathers and two adolescent outcomes: poor mental health (indicated by the number of symptoms of depression) and bad behavior (indicated by participation in violent or delinquent activity in the past year). Both depression and delinquent behavior become significantly more common during adolescence and represent major risk factors for poor school performance, drug and alcohol abuse, and risky sexual behavior.[21]

I used two indicators of the mother’s and father’s human capital: education levels and whether or not they had worked full time in the previous year. I used two indicators of the father’s and mother’s social capital: adolescent reports of the relationship quality with their parent and how close they feel to their parent. Finally, I looked at three indicators of the mother’s and father’s role-modeling behavior: the number of activities they did with their adolescent, whether they were available for the adolescent at certain times of the day, and whether the parent engaged in excessive drinking.[22]

Fathers and Adolescent Depression and Delinquent Behavior
I found that the father’s levels of social and human capital, as well as some role-modeling behaviors, are strong predictors of the likelihood his child will show depression symptoms. Furthermore, the father’s characteristics and behavior remain statistically significant even when the mother’s human and social capital characteristics and her role-modeling behavior are taken into account. Specifically, if the father has a poor relationship with his adolescent, the adolescent reports lack of closeness, the father has a low education level, and the father does few activities with his adolescent, the more likely both male and female adolescents are to show depression symptoms, regardless of the mother’s characteristics.

Fathers also matter a great deal when it comes to delinquent behavior. The higher the father’s social capital (quality of father-child relationship and closeness) the less likely both boys and girls are to engage in delinquency. In addition, the father’s lack of education is associated with the son’s delinquency, and the father’s lack of availability increases the likelihood of the daughter’s delinquent behavior. All these indications of the father’s influence appear to exist regardless of the mother’s social and human capital and her role-modeling behavior.

Fathers as Complementary and Unique
In my analysis, I found that fathers typically make additional or complementary contributions beyond that of mothers to adolescent well-being. In almost all of these cases, the human and social capital of mothers and fathers tended to be additive in nature. In other words, two parents are better than one. In a few instances, adolescents benefit from having at least one parent modeling appropriate behavior—or suffer if one parent models bad behavior. For example, lack of one parent’s availability tended to increase the likelihood of the boy’s delinquency, and one parent’s excessive drinking tended to increase the likelihood of the girl’s delinquency. In addition, I found evidence that mothers and fathers make unique contributions to parenting depending on the gender of the adolescent, most often by their particular role modeling. For example, the father’s, but not mother’s, lack of involvement in the adolescent’s activities was associated with the girl’s depression symptoms, and the mother’s lack of involvement in her child’s activities uniquely predicted the boy’s delinquency. The mother’s, but not the father’s, lack of availability and excessive drinking were associated with the boy’s depression symptoms.

Conclusion
What these analyses clearly show is that mothers and fathers both make vital contributions to adolescent well-being. In a few instances, fathers and mothers appear to be interchangeable. There are more instances, however, in which mothers and fathers complement each other in their characteristics or behavior in ways that benefit children, and in most cases fathers make positive contributions to the well-being of their children beyond what mothers do.

While this research demonstrates that the well-being of adolescents living with their biological parents is influenced by both mothers and fathers, significant questions remain. Very little is known about how the parenting practices, parent-child relationships, and characteristics of the parents or other adults who care for children in cohabiting-couple families or other nontraditional family arrangements are similar to, or different from, married-couple families. Until careful, methodologically rigorous studies based on reasonably representative samples are conducted, we cannot be confident that these nontraditional arrangements offer the same potential benefits to children as growing up with involved, educated, and responsible mothers and fathers.

Endnotes
1. For recent reviews of this large literature, see William Marsiglio et al., “Scholarship on Fatherhood in the 1990s and Beyond,” Journal of Marriage and the Family 62 (2000): 1173–1191; Daniel Paquette, “Theorizing the Father-Child Relationship: Mechanisms and Developmental Outcomes,” Human Development 47 (2004): 193–219; Ross D. Parke, “Fathers and Families” in The Handbook of Parenting, 2nd ed., vol. 3, Being and Becoming a Parent, ed. Mark H. Bornstein (Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum, 2002), 27–74.
2. Frank A. Pedersen, The Father-Infant Relationship: Observational Studies in a Family Setting (New York: Praeger, 1980); Michael W. Yogman, “Games Fathers and Mothers Play with Their Infants,” Infant Mental Health Journal 2 (1981): 241–248.
3. Marsiglio et al., “Scholarship on Fatherhood in the 1990s and Beyond.”
4. Cheryl Buehler, Mark J. Benson, and Jean M. Gerard, “Interparental Hostility and Early Adolescent Problem Behavior: The Mediating Role of Specific Aspects of Parenting,” Journal of Research on Adolescence 16, no. 2 (2006): 265–292.
5. Paul Amato, “Father-Child Relations, Mother-Child Relations, and Offspring Psychological Well-Being in Early Adulthood,” Journal of Marriage and the Family 56 (1994): 1031–1042.
6. Joseph H. Pleck, “Why Could Father Involvement Benefit Children? Theoretical Perspectives,” Applied Developmental Science 11, no. 4 (2007): 196–202; David Popenoe, Life Without Father (New York: Pressler Press, 1996); Louis B. Silverstein and Carl F. Auerbach, “Deconstructing the Essential Father,” American Psychologist 54, no. 6 (1999): 397–407.
7. Larry L. Bumpass and R. Kelly Raley, “Redefining Single-Parent Families: Cohabitation and Changing Family Reality,” Demography 32 (1995): 97–109.
8. U.S. Bureau of the Census, Current Population Survey, March and Annual Social and Economic Supplements, 2007 and earlier, retrieved 8/20/2008 at http://www.census.gov/population/www/socdemo/hh-fam/cps2007.html. Census data does not distinguish among fathers as biological, adoptive, or stepfathers.
9. Kathleen Mullan Harris and Suzanne Ryan, “Father Involvement and the Diversity of Family Context” in Conceptualizing and Measuring Father Involvement, ed. Randal D. Day and Michael E. Lamb (Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum, 2004), 293–319; Daniel N. Hawkins, Paul R. Amato, and Valerie King, “Parent-Adolescent Involvement: The Relative Influence of Parent Gender and Residence,” Journal of Marriage and Family, vol. no. 68 (2006): 125–136.
10. For a fascinating account of the tendency for lesbian mothers to want a male to be involved in their children’s lives, see Abbie E. Goldberg and Katherine R. Allen, “Imagining Men: Lesbian Mothers’ Perceptions of Male Involvement During the Transition to Parenthood,” Journal of Marriage and Family 69 (May 2007): 352–365.
11. Marsiglio et al., “Scholarship on Fatherhood in the 1990s and Beyond.”
12. For a related discussion of these issues, see Jeffrey T. Cookston and Andrea K. Finlay, “Father Involvement and Adolescent Adjustment: Longitudinal Findings from Add Health,” Fathering 4 (2006): 137–158.
13. Pleck, “Why Could Father Involvement Benefit Children?” 200.
14. See Paul Amato, “More Than Money? Men’s Contributions to Their Children’s Lives” in Men in Families: When Do They Get Involved? What Difference Does It Make? ed. Alan Booth and Ann C. Crouter (Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum, 1998), 241–278.
15. Ibid.
16. Ibid., 245.
17. Ibid., 253–255.
18. D. Wayne Osgood et al., “Routine Activities and Individual Devia­nt Behavior,” American Sociological Review 61 (1996): 635–655; Lauren M. Papp, E. Mark Cummings, and Alice C. Schermerhorn, “Pathways Among Marital Distress, Parental Symptomatology, and Child Adjustment,” Journal of Marriage and Family 66 (2004): 368–384; Benjamin W. Voorhess et al., “Protective and Vulnerability Factors Predicting New-Onset Depressive Episode in a Representative of U.S. Adolescents,” Journal of Adolescent Health (2008): 605–616.
19. A more detailed description of the data can be found in Kathy M. Harris et al., “The National Longitudinal Study of Adolescent Health: Research Design” (2003), available at http://www.cpc.unc.edu/projects/addhealth/design.
20. N=5,494.
21. Robert D. Ketterlinus, Michael E. Lamb, and Katherine A. Nitz, “Adolescent Nonsexual and Sex-Related Problem Behaviors: Their Prevalence, Consequences, and Co-Occurrence” in Adolescent Problem Behaviors, ed. Robert D. Ketterlinus and Michael E. Lamb (Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum, 1994), 17–39; U.S. Department of Health and Human Services, Trends in the Well-Being of America’s Children and Youth: 2003 (Washington, DC: U.S. Government Printing Office, 2003).
22. Ordinary Least Squares regression was used to estimate the models. Besides the mother and father variables, all the models included the respondent’s age and race, family income, and parent’s marital status as control variables. These analyses were all weighted using the wave 1 sample weights, adjusting the sample to be nationally representative.

About the Author
David Eggebeen is Associate Professor of Human Development and Sociology; Senior Research Associate, Population Research Institute, Pennsylvania State University.

1 Comment

Filed under Strengthening Families